International
URL courte
639
S'abonner

Washington a fixé la date à partir de laquelle les Américains auront l’interdiction de séjourner en Corée du Nord. Dès le début de l'automne, la Corée du Nord deviendra ainsi le seul pays au monde où les citoyens américains ont l’interdiction de se rendre.

Les ressortissants américains ne pourront plus se rendre en Corée du Nord à partir du 1er septembre et ceux qui y séjournent actuellement sont priés de rentrer avant cette date, a déclaré mercredi le département d'État.

«Les personnes actuellement en Corée du Nord avec un passeport américain doivent quitter la Corée du Nord avant l'entrée en vigueur de l'interdiction de voyager le vendredi 1er septembre 2017», dit le département d'État dans un communiqué.

Seuls les journalistes et les travailleurs humanitaires pourront être exemptés de cette directive.

L'interdiction, prévue pour une durée d'un an, pourra être renouvelée ou annulée par le secrétaire d'État.

Le département d'État a justifié cette décision par les risques de détention de longue durée dans le pays, indique Reuters.

Au moins 17 ressortissants américains ont été arrêtés au cours des dix dernières années en Corée du Nord. Un étudiant américain, Otto Warmbier, condamné l'an dernier à 15 ans de travaux forcés par le régime nord-coréen, a été rapatrié dans le coma aux États-Unis le 13 juin dernier pour raisons humanitaires. Il est mort le 19 juin. Pyongyang a rejeté l'hypothèse qu'il puisse avoir été victime de tortures et battu en captivité.

Lire aussi:

Pyongyang considère la mort d’Otto Warmbier comme «un mystère» et en accuse Obama
L’étudiant US condamné par Pyongyang à des travaux forcés meurt peu après son rapatriement
Pyongyang relâche l’étudiant US condamné à 15 ans de travaux forcés
La Corée du Nord ambitionne de devenir un centre du tourisme en Extrême-Orient
Face à la politique «hostile» des USA, Pyongyang refuse de négocier son nucléaire
Tags:
interdiction, permis de séjour, États-Unis, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook