Ecoutez Radio Sputnik
    Londres

    Brexit: Londres risque de payer 582,5 M EUR pour son retrait de l’AEM

    © AP Photo / Kirsty Wigglesworth, file
    International
    URL courte
    Négociations sur le Brexit (2017) (148)
    793
    S'abonner

    Le coût de la sortie britannique de l’Union européenne ne cesse de faire débat: cette fois-ci, c’est le retrait de l’Agence européenne des médicaments (AEM) qui pourrait entraîner des pertes pour le Royaume-Uni. La somme réclamée par Bruxelles est de 582,5 millions d’euros.

    Le départ envisagé de l'Agence européenne des médicaments (AEM), située à Londres, pourrait coûter 582,5 millions d'euros (520 millions de livres sterling) au pays, signale le journal The Independent. La somme actuelle demandée par Bruxelles est plus élevée que celle annoncée auparavant.

    Selon les libéraux-démocrates, le départ de l'AEM, structure aux enjeux économiques importants, qui attire des spécialistes et des entreprises du monde entier, serait une des conséquences les plus graves du Brexit.

    «L'une des ironies grotesques du Brexit est que nous pourrions finir par payer une somme astronomique pour perdre des emplois hautement qualifiés et des capacités de recherche au Royaume-Uni», a déclaré le porte-parole des libéraux-démocrates pour la sortie britannique de l'UE Tom Brake.

    Bruxelles avait indiqué en demandant le départ de l'AEM de Londres que cette démarche était une conséquence directe du Brexit. Amsterdam, Barcelone, Copenhague, Dublin et Lille sont parmi les 19 villes qui pourraient accueillir l'agence.

    Dossier:
    Négociations sur le Brexit (2017) (148)

    Lire aussi:

    Le Brexit contraint easyJet à créer une nouvelle compagnie aérienne
    Economie ou souveraineté? Le choix inévitable de Londres face au Brexit
    Les Britanniques veulent un nouveau référendum sur le Brexit
    May rassure Merkel, le Brexit ne sera pas retardé
    Airbus pourrait fermer au Royaume-Uni après le Brexit
    Tags:
    emploi, Union européenne (UE), Royaume-Uni, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik