International
URL courte
317
S'abonner

L’expert en cybersécurité britannique Marcus Hutchins, qui a neutralisé le plus grand piratage à rançon de l’histoire, WannaCry, a avoué avoir créé le virus Kronos, capable de récolter des données bancaires.

Qualifié de héros pour avoir aidé à stopper la cyberattaque mondiale WannaCry, l'expert en informatique britannique Marcus Hutchins, 23 ans, a été arrêté le 3 août aux États-Unis pour la création d'un autre virus, Kronos. Au cours d'un interrogatoire, il a avoué avoir créé ce virus, qui récolte les données bancaires, avant de le vendre, annonce le quotidien britannique The Telegraph se référant au procureur.

«Il a admis qu'il était l'auteur du code du maliciel Kronos et a indiqué qu'il l'avait vendu», a déclaré le procureur Dan Cowhig.

Toutefois, M.Hutchins a l'intention de plaider non coupable des six chefs d'accusation retenus contre lui concernant la création et la distribution du maliciel, a déclaré son avocat après son audience à Las Vegas vendredi.

L'homme de 23 ans a été libéré contre une caution de 30.000 dollars (environ 25.500 euros).

La justice américaine soupçonne l'expert britannique d'avoir créé le virus en juillet 2015 et d'avoir participé à un complot, avec un autre accusé, afin de diffuser des informations à ce sujet et de vendre le programme sur des forums sur le Web. Les autorités soulignent que l'enquête a été ouverte bien avant la propagation de WannaCry et qu'elle n'a rien à voir avec la cyberattaque.

La cyberattaque utilisant le virus WannaCry a touché plus de 200.000 utilisateurs dans 150 pays depuis le 12 mai, devenant le plus grand piratage à rançon de l'histoire, selon Europol. Les hackers ont utilisé un maliciel modifié de l'Agence de sécurité nationale des États-Unis (NSA).

Lire aussi:

L’argent des comptes du virus WannaCry retiré trois mois après l’attaque informatique
Le virus WannaCry n’était qu’un test à l’approche d’une vague de nouvelles attaques
Les virus WannaCry et Petya «n’étaient qu’une répétition», d’autres attaques arriveront
Un clone de WannaCry sévirait en Chine
Un virus semblable à WannaCry frappe plusieurs entreprises du monde
Tags:
virus, WannaCry, Marcus Hutchins, États-Unis, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik