Ecoutez Radio Sputnik
    Ex-ambassadeur russe aux USA: Washington ne pourra pas sérieusement influencer Moscou

    Ex-ambassadeur russe aux USA: Washington ne pourra pas sérieusement influencer Moscou

    © AP Photo / Pablo Martinez Monsivais
    International
    URL courte
    6181
    S'abonner

    Washington n’est pas un partenaire économique suffisamment important pour Moscou pour pouvoir exercer une influence sérieuse sur le développement de notre pays, a déclaré à l’antenne de la chaîne de télévision Rossiya 24 l’ex-ambassadeur russe aux États-Unis, Sergueï Kisliak.

    Commentant les nouvelles sanctions, imposées par Washington, à l'encontre de Moscou, l'ex-ambassadeur russe aux États-Unis, Sergueï Kisliak, a affirmé que cela ne favorisait aucunement les relations économiques entre Moscou et Washington qui restent à ce jour «extrêmement primitives».

    «La meilleure période c'était, à mon avis, en 2011, lorsque notre chiffre d'affaires s'élevait à 40 milliards de dollars. À l'époque, cela représentait 1% de tout le commerce extérieur des États-Unis. Pour nous, les États-Unis ne sont pas non plus une priorité. Aujourd'hui, ils ont dû monter un peu pour se placer en sixième position à cause de la crise économique et de celle des prix du pétrole ayant bousculé plusieurs pays. Mais même tout cela n'a pas fait des États-Unis un partenaire économique suffisamment important pour influencer sérieusement notre développement», a relaté M.Kisliak.

    Pour sa part, l'absence de liens économiques importants entraine l'absence de grandes couches sociales intéressées financièrement par la sauvegarde de bonnes relations entre les deux pays.

    «Ce facteur était évident lors du vote de "tout ce qui est antirusse" au Congrès. Vous pouvez voter des lois antirusses et des résolutions impunément puisque vous n'avez pas chez vous des électeurs qui vont vous mettre la pression pour que vous vous occupiez de la protection des bonnes relations avec la Russie», a souligné l'ex-ambassadeur, ajoutant que la Russie était toutefois «le voisin le plus proche pour les États-Unis après le Mexique et le Canada».

    «Il n'y a presque pas de marché à travers l'océan Pacifique car il n'y a pas de possibilité. Vous demandez si nous sommes potentiellement utiles pour eux [les États-Unis]? Bien sûr que oui», a-t-il conclu.

    Donald Trump a signé mercredi la loi introduisant de nouvelles sanctions contre l'Iran, la Russie et la Corée du Nord, tout en la qualifiant d'imparfaite. Selon lui, la loi empiète sur l'autorité du chef de l'État et les nouvelles sanctions auront des conséquences négatives pour les sociétés américaines, les amis et les alliés des États-Unis.

    En réponse à l'adoption par le Congrès américain de nouvelles sanctions antirusses, Moscou a interdit à l'ambassade américaine l'accès à deux sites dont elle avait la jouissance à Moscou. En outre, Moscou a demandé à Washington de réduire, à partir du 1er septembre, à 455 le nombre des membres du personnel de son ambassade et de ses consulats en Russie. Le ministère russe des Affaires étrangères a également prévenu que Moscou répliquerait en cas de nouvelles expulsions de diplomates russes par les États-Unis.

    Lire aussi:

    Moscou ne renoncera pas à l’accès à ses résidences diplomatiques
    Selon Sergueï Kisliak, la situation entre Moscou et Washington durera longtemps
    Ex-ambassadeur des USA en Russie: ce fut un plaisir de travailler avec Sergueï Kisliak
    Poutine propose «un comprimé contre l’hystérie» dans l’affaire Kisliak
    Défense antimissile : continuer des pourparlers (Kisliak)
    Tags:
    influence, commerce, économie, sanctions, Sergueï Kisliak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik