Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Kisliak

    Comment le Congrès a empêché Trump de s’opposer à la loi sur les sanctions antirusses

    © AP Photo / Cliff Owen
    International
    URL courte
    2113
    S'abonner

    En élaborant la proposition de loi prévoyant à la fois des sanctions contre la Russie, l’Iran et la Corée du Nord, le Congrès américain a fait en sorte que le Président Trump, qui soutient les mesures de rétorsion contre Téhéran et Pyongyang, ne puisse pas ne pas la signer, estime l’ancien ambassadeur de Russie aux États-Unis.

    Le Congrès des États-Unis, en inscrivant la Russie sur la même liste de sanctions que l'Iran et la Corée du Nord, a limité au Président américain sa marge de manœuvre pour s'opposer à cette initiative dans son ensemble, a déclaré l'ex-ambassadeur russe à Washington, Sergueï Kislyak, lors d'une émission sur la chaîne de télévision Rossiya 24.

    «Je pense que le fait que nous [la Russie, ndlr] ayons été inclus sur une même loi avec les autres pays [la Corée du Nord et l'Iran, ndlr] est une spécificité de la vie politique américaine plus que toute autre chose, parce que le Président américain soutient pleinement les sanctions contre l'Iran et la Corée du Nord. Par conséquent, en mettant tous [ces pays, ndlr] dans une seule loi, vous réduisez la propension du Président à s'opposer à la loi en général, où il y a des choses sur lesquelles, peut-être, il n'est pas d'accord», a précisé M.Kislyak.

    Donald Trump a signé mercredi 2 août la loi introduisant de nouvelles sanctions contre l'Iran, la Russie et la Corée du Nord, tout en la qualifiant d'imparfaite. Selon lui, la loi empiète sur l'autorité du chef de l'État et les nouvelles sanctions auront des conséquences négatives pour les sociétés américaines, les amis et les alliés des États-Unis. La Maison-Blanche a diffusé un communiqué du chef de l'État évoquant la présence dans le document de «dispositions inconstitutionnelles». D'après Donald Trump, non seulement cette loi porte atteinte aux pouvoirs présidentiels exclusifs, mais elle est également en contradiction avec les décisions de la Cour suprême des États-Unis.

    La loi a été également critiquée par l'UE qui est préoccupée par le fait que les sanctions permettent d'infliger des amendes aux entreprises européennes pour leur participation à des projets énergétiques communs avec la Russie, en particulier dans la mise en œuvre de Nord Stream 2.

    Lire aussi:

    Ex-ambassadeur russe aux USA: Washington ne pourra pas sérieusement influencer Moscou
    Selon Sergueï Kisliak, la situation entre Moscou et Washington durera longtemps
    Sanctions antirusses: l'Europe se défendra-t-elle?
    Pour Oliver Stone, les sanctions US rappellent le début de la 1ère Guerre mondiale
    Sanctions US contre la Russie: l'Association of European Businesses exprime son désaccord
    Tags:
    président, loi, sanctions antirusses, présidence américaine, Congrès des États-Unis, Sergueï Kisliak, Donald Trump, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik