Ecoutez Radio Sputnik
    S-400 russe

    La Turquie délaissera-t-elle l’Occident pour le tandem russo-chinois?

    © Sputnik . Sergey Malgavko
    International
    URL courte
    52374
    S'abonner

    La Turquie, qui cherche depuis longtemps à se rapprocher des États-Unis et des pays européens, détourne peu à peu le regard vers la Russie, la Chine et l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), explique à Sputnik le directeur du Centre d'études stratégiques de Turquie.

    Ahmet Gencehan Babis, directeur du Centre d'études stratégiques de la Turquie, explique dans un commentaire à Sputnik pourquoi la Turquie pourrait miser sur une coopération avec la Russie et la Chine dans le cadre de l'OCS.

    Au cours de sa visite en Chine, le ministre turc des Affaires étrangères a déclaré que «la sécurité de la Chine est considérée par la Turquie comme la sienne propre», rappelle-t-il. Dans ce contexte, la Turquie ne permettra à aucune organisation de mener sur son territoire des activités menaçant les intérêts, l'intégrité territoriale et la souveraineté de la Chine.

    «Tout d'abord, il convient de noter que la visite du ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu en Chine a eu lieu dans un contexte de grave détérioration des relations entre la Turquie et l'UE et les États-Unis. On se demande: Ankara considère-t-il maintenant l'axe sino-russe comme une alternative à la voie américano-européenne?», déclare-t-il.

    Selon l'expert, M.Cavusoglu a mis l'accent dans ses discours sur le renforcement de la coopération dans le domaine de la sécurité. Compte tenu du fait que la sécurité collective est la base de l'OCS, on peut supposer que désormais les questions relatives à l'expansion de la coopération avec l'OCS occuperont une place beaucoup plus claire et visible dans la politique étrangère turque, souligne M.Babis.

    «Les problèmes actuels entre la Turquie et l'Occident sont liés en grande partie à des divergences dans l'interprétation des termes "droits de l'homme" et "démocratisation". Cependant, l'OCS n'a pas ces problèmes, ce qui rend la structure beaucoup plus attrayante pour Ankara», a-t-il déclaré.

    «Comme vous le savez, l'OCS, en contraste avec l'UE, ne met pas au premier plan les concepts tels que "droits de l'homme" et "démocratie", mais se concentre principalement sur des questions telles que la sécurité des frontières, la coopération économique et politique, et ainsi de suite», a-t-il expliqué.

    D'après l'expert, pour une coopération à part entière avec l'OCS, la Turquie devrait préparer une infrastructure appropriée. La Turquie est membre de l'Otan et est intégrée dans le système de défense aérienne de l'Otan, rappelle-t-il en poursuivant: «Aujourd'hui, cependant, l'achat par la Turquie des systèmes de missiles de défense aérienne S-400 est à l'ordre du jour. Si le contrat est finalement signé, et si ces systèmes apparaissent en Turquie, cela rapprochera davantage Ankara de l'Organisation de coopération de Shanghai».

    D'autre part, en raison de sa position géographique, la Turquie est très intéressée par les projets visant à relancer la Route de la soie, indique M.Babis.

    «De la même façon, aujourd'hui, la Russie et la Turquie réalisent d'énormes projets communs dans le domaine de l'énergie. Les relations entre les peuples, le commerce et le tourisme se développent. L'ordre du jour met en avant la question de la construction de la troisième centrale nucléaire en Turquie qu'Ankara a l'intention de construire conjointement avec Pékin. Tout cela, bien sûr, rapproche la Turquie des pays membres de l'OCS et ouvre de nouvelles perspectives dans le cadre de sa coopération avec l'Organisation de coopération de Shanghai dans son ensemble», a-t-il conclu.

    Lire aussi:

    La Turquie veut acheter des S-400 russes
    Achat de S-400 russes par la Turquie: une perspective inquiétante pour Washington
    Acheter ou ne pas acheter: Téhéran ne sait pas encore s’il achètera les S-400 à Moscou
    Le projet d'acquisition de S-400 russes par Ankara compatible avec les normes de l'Otan
    L’Otan espère que la Turquie et l’Allemagne parviendront à un consensus
    Tags:
    relations, pays occidentaux, Europe, Turquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik