Ecoutez Radio Sputnik
    Un soldat de l'armée turque sur un avant-poste près de la ville de Kilis, dans le sud-est de la Turquie, à côté du mur que le pays avait construit pour renforcer la sécurité sur sa frontière avec la Syrie, le 2 mars 2017

    Des obusiers et un char turcs déployés sur la frontière turco-syrienne

    © AP Photo / Lefteris Pitarakis
    International
    URL courte
    0 77

    Des témoins rapportent avoir vu des véhicules de l’armée turque se déplaçant vers la frontière syrienne. Apparemment, Ankara renforce sa présence dans la région pour chasser les forces kurdes, considérées comme hostiles par les autorités turques comme hostiles.

    La Turquie a déployé ce samedi 5 août du matériel militaire lourd sur la frontière avec la Syrie, informe l’Agence Anadolu.

    Selon les informations, Ankara renforce la frontière dans une région à proximité du territoire contrôlé par un groupe kurde connu sous le nom de Forces d'autodéfense populaire.

    Le convoi militaire de l’armée turque, qui a été aperçu dans la ville de Kilis, comprenait cinq camions transportant des obusiers et un char.

    Un Kurde à Kobané
    © AFP 2018 BULENT KILIC BULENT KILIC
    Des villages kurdes dans le nord de la province syrienne d'Alep ainsi que des positions des Unités de protection du peuple (YPG) auraient été à maintes reprises la cible de tirs d'artillerie venant des positions turques. Les forces turques se sont déployées l'année dernière dans le nord de la Syrie pour appuyer l'Armée syrienne libre, une composante de forces insurgées que soutient Ankara et qui a contribué à chasser Daech du nord de la Syrie.

    La Turquie considère les milices kurdes de Syrie comme une organisation terroriste liée au Parti des travailleurs du Kurdistan, interdit en Turquie. Les tensions s'accentuent entre les Kurdes de Syrie et leurs voisins turcs, qui redoutent de voir se former à leur frontière un embryon d'État susceptible d'encourager la rébellion des militants de ce parti en Turquie.

    L'armée turque a lancé l'opération Bouclier de l'Euphrate contre les terroristes de Daech dans le nord de la Syrie le 24 août 2016. Les unités turques et leurs alliés de l'opposition syrienne ont pris le contrôle de la ville frontalière de Jarablous et de la ville d'Al-Bab. Recep Tayyip Erdogan avait antérieurement déclaré que l'opération turque en Syrie avait pour objectif de libérer une région frontalière de 5 000 km² et d'y créer une zone de sécurité destinée à accueillir les réfugiés.

    Le 29 mars, le Conseil de sécurité nationale de Turquie a annoncé la fin de l'opération. Ankara n'a toutefois pas exclu d'autres opérations militaires dans ce pays proche-oriental si «sa sécurité est menacée».

    L'État turc ayant agi sans l'aval de Damas, les autorités syriennes ont accusé Ankara d'avoir violé la souveraineté de leur pays.

    Lire aussi:

    L’opération antikurde à Afrine pourrait démarrer à tout moment, selon le chef de l’ASL
    Erdogan prêt pour une nouvelle opération en Syrie
    «L’avion syrien abattu est une chance pour Ankara de restaurer un dialogue avec Damas»
    La Turquie se prépare à une nouvelle opération en Syrie et en Irak
    Des systèmes de défense russes pour sécuriser la frontière turque
    Tags:
    Kurdes, crise syrienne, Forces d'autodéfense kurdes (YPG-YPJ), Kilis, Turquie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik