International
URL courte
171512
S'abonner

Selon le Président turc Recep Tayyip Erdogan, la Turquie a le potentiel de devenir un pays plus moderne que l’Allemagne. Cette déclaration a été faite dans le contexte de la détérioration considérable des relations entre les deux pays depuis les derniers mois.

Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré ce lundi qu'il voudrait voir la Turquie devenir un pays plus moderne, par rapport à l'Allemagne.

«Quand nos citoyens et nos frères qui se trouvent en ce moment à l'étranger reviendront en Turquie, ils diront: mon pays a dépassé l'Allemagne», a affirmé le leader turc dans un discours devant les membres du Parti de la justice et du développement, dans la ville turque de Rize.

D'après le magazine allemand Focus, M.Erdogan a promis de transformer la Turquie en «pays moderne, civilisé et indépendant».

Par ailleurs, le Président turc a souligné qu'en premier lieu des mesures devaient être prises dans des domaines tels que la santé publique, la justice et la sécurité.

Un an après la tentative de putsch, la concentration des pouvoirs dans les mains de Recep Tayyip Erdogan a de quoi inquiéter les partenaires occidentaux d'Ankara quant au respect des droits de l'homme en Turquie et de la liberté d'expression dans le pays.

Bien qu'il reste des journaux d'opposition comme le Cumhuriyet, plusieurs journalistes ou intellectuels qui ont collaboré avec ce journal ont été arrêtés, placés en garde à vue et, pour certains, incarcérés.

En outre, après la courte victoire du oui au référendum sur le renforcement des pouvoirs de M.Erdogan, ce dernier s'est dit prêt à organiser une nouvelle consultation, cette fois-ci sur le rétablissement de la peine de mort.

Une telle mesure serait «synonyme de la fin du rêve d'Europe» pour la Turquie, avait mis en garde le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel.

Jeudi 6 juillet, le Parlement européen a adopté une résolution sur la Turquie, qui appelle l'UE et la Commission européenne à suspendre immédiatement les négociations avec Ankara sur l'adhésion à l'Union si son gouvernement n'apporte pas les modifications nécessaires à la réforme constitutionnelle.

Lire aussi:

On ne peut plus faire comme avant: Berlin réoriente sa politique à l'égard d’Ankara
L'Otan intervient dans la querelle entre Berlin et Ankara
Erdogan à Berlin: «Personne ne peut se mêler de nos affaires intérieures»
La Turquie s'éloigne à grands pas de l'Occident et de l'Otan
Le sommet européen de décembre marquerait un tournant dans les relations Ankara-Bruxelles
Tags:
défis, Sigmar Gabriel, Recep Tayyip Erdogan, Allemagne, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook