Ecoutez Radio Sputnik
    Bande de Gaza: l'aviation israélienne frappe en représailles les positions du Hamas

    L'aviation israélienne frappe la bande de Gaza en représailles, des blessés

    © AFP 2019 Mohammed Abad
    International
    URL courte
    741254
    S'abonner

    Suite au tir d'un missile depuis la bande de Gaza, les avions israéliens ont attaqué dans la nuit de mardi à mercredi plusieurs positions du Hamas dans la région, faisant des blessés.

    L'armée israélienne a bombardé mardi des sites du Hamas sur la bande de Gaza, en représailles à un tir de roquette un peu plus tôt dans le sud d'Israël, ont indiqué des sources officielles.

    Selon une source médicale palestinienne, citée par l'AFP, trois personnes ont été blessées, dont une de 26 ans grièvement à la tête, par des bombardements de l'armée israélienne sur deux bases de la branche armée du Hamas au nord de Gaza.

    Les dégâts causés sont importants, selon une source de sécurité.

    Quelques heures plus tôt, un obus tiré mardi depuis la bande de Gaza est tombé dans le sud-ouest d'Israël près de la ville d'Ashkelon, sans faire de victime ni de dégât.

    Les tirs de projectiles depuis la bande de Gaza sont rarement revendiqués et sont attribués à des groupes radicaux palestiniens.

    Israël, toutefois, fait porter la responsabilité des tirs de roquettes au mouvement du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, exigeant que ce dernier oblige toutes les factions palestiniennes à respecter le cessez-le-feu en vigueur depuis 2014.

    Lire aussi:

    Le Hamas accuse Israël d’avoir assassiné un de ses chefs militaires
    Des avions israéliens attaquent deux cibles du Hamas dans la bande de Gaza
    Israël mène-t-il une «guerre silencieuse» contre Gaza dans l’ombre de la crise syrienne?
    La guerre va-t-elle reprendre entre Israël et la bande de Gaza?
    Un adolescent palestinien tué par l'armée israélienne dans la bande de Gaza
    Tags:
    représailles, tirs, Hamas, Bande de Gaza, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik