Ecoutez Radio Sputnik
    Il fait chaud à Paris...

    La canicule tuera 150.000 Européens chaque année d'ici 2100

    CC0
    International
    URL courte
    2011
    S'abonner

    Le réchauffement climatique risque de tuer des centaines de milliers d'Européens d'ici 2100 si des mesures visant à freiner les changements climatiques ne sont pas appliquées, indique un rapport de la Commission européenne.

    Les chaleurs extrêmes tueront jusqu'à 150.000 personnes chaque année en Europe d'ici 2100 si aucunes mesures visant à freiner les changements climatiques ne sont adoptées, annonce un rapport du Centre de recherche uni de la Commission européenne.

    Ce chiffre est près de 50 fois supérieur au nombre actuel de décès liés au climat. Selon le rapport, 99% des décès seront provoqués par les grandes chaleurs et concerneront surtout les habitants de l'Europe du sud.

    «Le réchauffement climatique provoquera une augmentation rapide des risques liés à la météo pour les habitants de l'Europe, si des mesures ad hoc d'adaptation ne sont pas prises», met en garde le rapport.

    Selon le document, c'est le sud de l'Europe qui va être le plus touché, surtout autour de la Méditerranée. Même à pluviométrie égale, les températures plus élevées vont assécher les sols par évaporation.

    Avec un réchauffement global de deux degrés — c'est-à-dire le maximum de ce que prévoit l'accord de Paris —, l'Europe connaîtrait une augmentation des températures supérieure à cet objectif et des événements extrêmes. Avec un réchauffement de trois degrés, la fréquence des vagues de chaleur connaîtrait une augmentation très significative, indique le rapport.

    Lire aussi:

    L’Iran frappé par une canicule record de ces 100 dernières années
    Une canicule record cause des incendies dans l’est australien
    Pakistan: la canicule fait plus de 500 morts
    Moscou en vigilance rouge "canicule "
    La canicule transforme la Russie centrale en Asie centrale
    Tags:
    canicule, Europe du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik