Ecoutez Radio Sputnik
    Les drapeaux iraniens

    Moscou dément les «livraisons clandestines» d’armes iraniennes à la Russie

    © REUTERS/ Morteza Nikoubazl
    International
    URL courte
    306610531

    Le journal Welt am Sonntag a accusé la Russie de violer la résolution du Conseil de sécurité interdisant la livraison et la réparation d’armes lourdes avec l’Iran. Le Conseil de la Fédération de Russie a démenti ce rapport, affirmant que les contrats russes avec l'Iran fonctionnaient strictement dans le cadre des obligations internationales.

    Le quotidien allemand Welt am Sonntag, citant des sources anonymes des «agences de renseignement occidentales», a annoncé que l'Iran aurait envoyé clandestinement en Russie, via la Syrie, des équipements nécessitant un entretien.

    En juin, stipule le journal, des avions iraniens ont atterri à deux reprises sur la base aérienne russe de Hmeimim en Syrie, où ils auraient livré une cargaison militaire devant être expédiée en Russie. Le Welt am Sonntag n'a pas précisé le contenu de la cargaison. Ensuite, cette livraison aurait été transportée par camion au port de Tartous, embarquée sur un navire de transport russe Sparta-3 et livrée à Novorossiisk.

    Comme preuve, le journal a publié une image satellite, qui aurait photographié un Boeing iranien à l'aérodrome de Hmeimim. L'origine exacte du cliché n'est pas précisée.

    Selon des sources du Welt am Sonntag, ces actions constituent une violation de la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'Onu qui énonce les dispositions du Plan d'action global sur le programme nucléaire iranien.

    Cependant, les équipements militaires iraniens ne nécessitent pas un transfert en Russie, a déclaré Frants Klintsevitch, premier vice-président de la commission de défense et de sécurité du Conseil de la Fédération.

    «La Russie a fourni à l'Iran un nombre important de matériel militaire, qui, bien sûr, nécessite un entretien. En même temps, la Russie a formé des spécialistes iraniens qui peuvent mener à bien ces missions», a-t-il expliqué.

    Le sénateur a ajouté que la formation des spécialistes iraniens était prévue par les contrats de livraison d'équipements et a été réalisée en conformité avec les normes internationales.

    Entre autres, Igor Korotchenko, directeur du Center for Analysis of World Arms Trade (TsAMTO), a lui aussi déclaré à Sputnik que les accusations du journal allemand ne correspondaient pas à la réalité.

    «C'est une intox conçue pour présenter la Russie et l'Iran comme étant des contrevenants aux résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu», a déclaré l'expert.

    Selon M.Korotchenko, le but de cette provocation est de jeter le doute sur la Russie et d'essayer de discréditer les efforts de Moscou pour résoudre la crise syrienne.

    Quant aux contacts militaires avec Téhéran, Moscou adhère aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et ne les viole pas, a souligné le directeur du TsAMTO.

    Lire aussi:

    L'Iran ne violera jamais l'accord sur le nucléaire, mais répondra aux violations des USA
    Accord nucléaire: où passe la ligne rouge pour l’Iran?
    Les USA veulent se retirer de l'accord nucléaire et en rendre l’Iran responsable
    Quel serait l'arsenal des USA en cas de conflit contre l'Iran?
    Projet de sanctions US contre l'Iran et la Russie: l'UE sonne l'alarme
    Tags:
    réparations, livraisons, Frants Klintsevich, Allemagne, Russie, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik