Ecoutez Radio Sputnik
    Kim Jong-un

    Washington demandera à Moscou et à Pékin de faire pression sur Pyongyang

    © REUTERS/ KCNA
    International
    URL courte
    251502320

    Sur fond de tension montante entre les États-Unis et la Corée du Nord, le chef de la diplomatie et le ministre de la Défense américains annoncent vouloir recourir à l’aide de la Russie et de la Chine pour contenir les ambitions nucléaires de Pyongyang.

    Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson et le ministre de la Défense James Mattis ont annoncé l'intention des États-Unis de demander l'aide de la Russie et de la Chine afin d'exercer une pression sur la Corée du Nord, dans un article rédigé pour le Wall Street Journal.

    «Les États-Unis continueront d'œuvrer pour que la Russie et la Chine s'engagent à ne pas fournir au régime une aide économique vitale et qu'elles la persuadent d'abandonner le chemin dangereux», lit-on dans l'article.

    Les autorités américaines s'apprêtent également à coopérer avec leurs alliés en vue d'approfondir l'isolement de la Corée du Nord.

    Le Président Donald Trump avait précédemment déclaré que Pyongyang le regretterait si Kim Jong-un émettait ne serait-ce qu'une nouvelle menace à l'encontre des États-Unis et de leurs alliés.

    À l'heure actuelle, Pyongyang crée et teste activement des armes nucléaires et balistiques, malgré les sanctions adoptées par le Conseil de sécurité de l'Onu et certains pays. La Corée du Nord déclare que ses missiles balistiques intercontinentaux sont capables de frapper n'importe quel point du globe. La tension monte ces derniers temps entre Washington et Pyongyang, qui ne cesse d'échanger des menaces.

    Lire aussi:

    Pour Séoul, Pyongyang est toujours un occupant
    Pyongyang promet de détruire le porte-avions Carl Vinson en cas d’agression
    Washington redoute plus les cyberattaques de Pyongyang qu'une frappe nucléaire
    Pyongyang publie une vidéo imitant une frappe contre des navires et avions US
    Qu'arriverait-il si les USA frappaient la Corée du Nord?
    Tags:
    James Mattis, Rex Tillerson, Chine, Russie, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik