Ecoutez Radio Sputnik
    L'explosion d'une bombe nucléaire.

    Quelles seraient les pertes causées par une guerre nucléaire? (visualisation)

    © Photo. pixabay
    International
    URL courte
    152412
    S'abonner

    Le spécialiste de visualisation des données Neil Halloran s’est attaqué à une tâche à première vue imprenable: évaluer les pertes que pourrait occasionner une guerre nucléaire.

    Selon Gizmodo, Neil Halloran est parvenu à transformer des données vagues et complexes en contenus à la fois cohérents et captivants. Dans son dernier projet, il évalue le nombre total de décès causés par une guerre nucléaire mondiale.

    La vidéo montre comment la population a évolué chaque année, combien de personnes sont nées et combien sont mortes, ainsi que le nombre annuel total de décès au XXe siècle, au cours duquel les guerres mondiales ont provoqué des pics de mortalité qui sont d'ailleurs insignifiant par rapport aux conséquences des frappes nucléaires.

    Neil Halloran a ainsi extrapolé le nombre de victimes des bombes atomiques larguées sur Hiroshima et Nagasaki en tenant compte de la quantité et de la puissance des ogives nucléaires qui pourraient frapper des cibles aux États-Unis, en Europe, en Russie et dans d'autres pays si une troisième guerre mondiale venait à éclater.

    Le nombre de morts calculé par Neil Halloran (500 millions) ne concerne que les trois premières semaines de l'échange de frappes, car il est impossible d'évaluer les autres victimes compte tenu de l'impact imprévisible d'un éventuel hiver nucléaire

    Lire aussi:

    Une guerre nucléaire pourrait débuter pour une histoire d'eau
    Russie, USA: la guerre nucléaire n’aura pas lieu
    Une guerre nucléaire demain? Même pas peur!
    En cas de guerre nucléaire, Poutine a une "forteresse volante"
    Le déploiement du THAAD en Corée du Sud, signe de l'imminence d'une guerre nucléaire?
    Tags:
    estimations, pertes, guerre nucléaire, Neil Halloran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik