Ecoutez Radio Sputnik
    Province d'Idlib

    Syrie: la Turquie prépare-t-elle une opération à Idlib?

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    3130

    Face aux multiples déclarations aux États-Unis et en Turquie sur l’éventualité d’une opération militaire à Idlib, en Syrie, l’expert turc Oytun Orhan a déclaré à Sputnik que cela était peu probable.

    Ces derniers temps, les déclarations se multiplient outre-Atlantique et en Turquie sur une possible opération militaire à Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, où le groupe terroriste Ahrar al-Cham, dont le noyau est formé par les terroristes du Front al-Nosra, a sensiblement renforcé ses positions. L'expert du Centre d'études stratégiques du Proche-Orient Oytun Orhan a confié à Sputnik que la probabilité d'un tel scénario de la part des États-Unis et de la Turquie était très faible.

    Selon M.Orhan, le Front al-Nosra s'est réuni avec plusieurs autres groupes sous l'appellation d'Ahrar al-Cham et a engagé des affrontements avec l'opposition modérée attachée au processus de négociations à Astana, ce qui a provoqué une réaction de la Turquie. Dans ce contexte, de nombreux pays, et surtout les États-Unis, commencent à parler d'une ingérence armée à Idlib.

    Oytun Orhan y voit un grand risque pour la Turquie, qui craint que les États-Unis utilisent le prétexte de la présence d'Al-Qaïda et entreprennent une tentative d'envahir Idlib. Face à cette situation, la Turquie se voit obligée de prendre l'initiative afin d'affaiblir les éléments d'Al-Qaïda dans la région et de les éliminer, si l'occasion se présente.

    Il trouve cependant peu probable une quelconque opération turque à Idlib dans un proche avenir.

    «À l'heure actuelle, une invasion turque y est peu probable. Il n'y a aucun signe de préparatifs ou de déploiement d'effectifs et de matériels. L'opération à Idlib est très risquée parce que la région est montagneuse et avec une forte présence de combattants liés à al-Nosra… Mais je suis sûr que dans ce contexte la Turquie doit empêcher que l'Occident utilise pour prétexte l'activité d'Al-Qaïda dans la région et y mette en œuvre ses projets géopolitiques», a expliqué l'expert.

    L'expert a ajouté que la position russe en la matière était décisive.

    «La Turquie et la Russie coopèrent étroitement à propos d'Idlib. Les deux pays définissent les limites des territoires libres d'affrontements et étudient la question sur le contrôle du cessez-le-feu par les militaires turcs et russes. Si un progrès est enregistré dans ce domaine, je pense que l'invasion turque sera plus probable, mais la Russie s'opposera à la perspective d'une ingérence américaine. Si les négociations entre la Turquie et la Russie n'aboutissent pas, ces territoires pourraient se retrouver sous le contrôle d'al-Nosra. Alors il pourrait être question d'initiatives militaires conjointes des États-Unis et de la Russie. Il va de soi que la Turquie sera vivement préoccupée par cette situation», a conclu l'expert.

    Lire aussi:

    Daech revendique l’attaque contre Ahrar al-Sham à Idlib
    Poutine exhorte à trouver et punir les coupables de la tragédie d’Idlib
    Assad: les Occidentaux bloquent les tentatives d’investigation sur l’incident à Idlib
    «Les USA mènent un double jeu dans la région syrienne d’Idlib»
    Moscou explique à qui profite la tragédie d'Idlib
    Tags:
    opération militaire, invasion, Al-Qaïda, Front al-Nosra, Ahrar al-Sham (Libres du Sham), Oytun Orhan, Russie, États-Unis, Turquie, Idlib
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik