International
URL courte
Nucléaire iranien (2017) (60)
6102
S'abonner

La Russie fera tout son possible pour convaincre l'Iran de ne pas se retirer de l'accord sur son programme nucléaire car «la diffusion incontrôlée des technologies nucléaires ne serait bonne pour personne», a déclaré à Sputnik le sénateur russe Oleg Morozov.

Suite à l'adoption de nouvelles sanctions américaines à l'encontre de Téhéran, le ton ne cesse de monter entre l'Iran et les États-Unis. Commentant l'annonce du Président iranien, le sénateur russe Oleg Morozov a déclaré que la Russie tenterait d'empêcher le retrait iranien de l'accord nucléaire.

«Je crois que nous ferons tout notre possible pour persuader l'Iran de maintenir le statu quo… La diffusion incontrôlée des technologies nucléaires, ce n'est bon pour personne, y compris pour la Russie», a déclaré M.Morozov.

Il a souligné entre autres que cette situation était «une conséquence directe de l'incapacité des États-Unis à cumuler les rôles de gendarme, de juge et de bourreau du monde en même temps». «La politique américaine de sanctions totales et de pression sur les pays ne se terminera pas bien et entraînera la création de nouvelles zones de tension», a indiqué le sénateur.

Selon le parlementaire, le retrait iranien devient possible parce que l'Iran ne voit aucune autre façon de protéger ses intérêts nationaux. «Les États-Unis se mettent en position de force pour dicter aux autres leurs conditions sans assurer la préservation de la souveraineté de ces pays», a conclu le sénateur.

Le Président iranien Hassan Rohani a prévenu mardi matin que son pays pourrait prochainement quitter l'accord nucléaire en cas de nouvelles sanctions américaines.

Le 14 juillet 2015, l'Iran et les six médiateurs internationaux sont parvenus à un accord historique sur le problème du nucléaire iranien qui traînait en longueur depuis des années. Les parties ont adopté un Plan d'action conjoint dans le cadre duquel l'Iran acceptait de geler son programme nucléaire en échange de la levée des sanctions économiques et financières introduites par le Conseil de sécurité de l'Onu, les États-Unis et l'Union européenne. Le Plan est entré en vigueur le 16 janvier 2016.

Les États-Unis ont porté 18 personnes physiques et morales sur la liste des sanctions visant le programme de missiles balistiques de l'Iran. Téhéran a condamné les sanctions de Washington, promettant des contre-mesures à l'encontre de personnes physiques et morales américaines.

Dossier:
Nucléaire iranien (2017) (60)

Lire aussi:

L'Iran menace de quitter l'accord nucléaire en cas de nouvelles sanctions US
L’Iran muscle le budget de son programme balistique en riposte aux sanctions US
La Russie se servira-t-elle du «levier énergétique» pour riposter aux sanctions US?
Lavrov et Tillerson, première rencontre «après sanctions»
Moscou renforcera sa coopération avec l’Iran face aux sanctions US
Tags:
programme nucléaire iranien, sanctions, Russie, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook