International
URL courte
252
S'abonner

Le Qatar a estimé mardi qu'il faudra "beaucoup de temps" pour rétablir la confiance entre l'émirat et les quatre pays arabes qui ont coupé toute relation avec lui

Alors que la crise du Golfe est entrée dans sa onzième semaine, le ministre qatari des Affaires étrangères cheikh Mohamed ben Abderrahmane Al-Thani a indiqué que les relations régionales avaient été brutalement transformées par la tourmente actuelle.

Le Qatar fait partie —comme l'Arabie, les Emirats et Bahreïn-- du Conseil de coopération du Golfe (CCG), une organisation régionale créée en 1981 et qui comprend également le Koweït et Oman.

"Le Qatar a été l'un des fondateurs de l'organisation CCG et nous considérons encore qu'elle a une grande importance pour nous tous dans la région", a déclaré le ministre lors d'une rencontre avec des journalistes francophones à Doha.

"Cette organisation a été construite sur une sécurité stratégique et sur la confiance. Malheureusement, avec ce qui s'est produit dernièrement, ce facteur est manquant maintenant et il faudra beaucoup de temps pour rétablir la confiance", a dit le haut responsable qatari, ajoutant: "Nous espérons que cela sera rétablie".

Le 5 juin, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha en l'accusant d'avoir des liens avec des organisations extrémistes et de se rapprocher de l'Iran.

Ces pays ont également imposé des sanctions à l'émirat qui a rejeté toutes les accusations, affirmant que ses adversaires cherchaient à mettre sa politique étrangère "sous tutelle".

Lire aussi:

Coupe du monde 2022: Sarkozy soupçonné d’avoir favorisé le Qatar
Et si le Qatar rompait effectivement ses relations avec l’Iran?
Résolution de la crise syrienne: le Qatar souhaite entrer en jeu
Crise du Qatar: les responsables du blocus «en pleine désorganisation»
Le Qatar a suffisamment de ressources pour supporter le blocus
Tags:
crise, Arabie Saoudite, Golfe persique, Qatar
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik