Ecoutez Radio Sputnik
    La longue main du Kremlin. Image d'illustration

    Kiev, Pyongyang, moteurs de fusées… Quand la Main du Kremlin s’empare de la plume du NYT

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    Par
    4215
    S'abonner

    S’emparant de la plume du New York Times, la Main du Kremlin tire une nouvelle salve contre son voisin ukrainien, crie-t-on à Kiev, alors que l’Ukraine s’est retrouvée au cœur d’un scandale autour des missiles nord-coréens… Ce n’est que par pitié pour le journal américain que l’Ukraine ne contre-attaquera pas.

    Si toutes les pistes mènent en Ukraine, n'y croyez pas, c'est sûrement un coup des Russes. Rusés et omniprésents, ils ne s'arrêteront devant rien pour jeter l'opprobre sur leur voisin, et les nouvelles révélations du Washington Post, qui a trouvé un lien pour le moins curieux entre les avancées nord-coréennes et une usine ukrainienne, ne font que le confirmer.

    C'est Iouri Radtchenko qui assure l'intérim du chef de l'Agence spatiale ukrainienne et qui affirme, comme c'est la tradition, avoir détecté la piste russe dans la parution des révélations dans les colonnes du New York Times.

    «J'estime avec un haut degré de certitude que cette intervention dans la presse a pu être inspirée par nos "amis" de Russie. Parce qu'ils sont intéressés à baisser le classement de notre pays, qui affiche son ambition dans des projets [spatiaux]», a-t-il indiqué.

    Mais comme Washington est un «partenaire stratégique de l'Ukraine dans les projets spatiaux», le responsable a promis de se garder d'attaquer le New York Times en justice. D'autant plus que la réputation de l'Ukraine était à l'abri:

    «J'estime qu'[elle] ne sera pas ternie, car la réputation de l'Ukraine repose sur les avancées obtenues par le pays dans les projets internationaux. Les spécialités l'évaluent correctement: ce n'est qu'un bruit autour du rien», a expliqué M. Radtchenko avant de répéter: «C'est-à-dire, une tentative de porter par n'importe quel moyen un coup sur notre classement.»

    Se référant à une recherche réalisée par Michael Elleman, de l'Institut international des études stratégiques, et aux données des services secrets américains, le journal New York Times a révélé lundi que les engins utilisés lors des derniers essais nord-coréens étaient dotés de moteurs réalisés sur la base du RD-250, un moteur qui était jadis fabriqué par une usine de l'ex-Union soviétique dans ce qui est aujourd'hui l'Ukraine.

    Alexandre Tourtchinov, secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense ukrainien, n'a pas tardé à réagir à cette publication, déclarant que les entreprises de défense et de l'aérospatiale ukrainiennes n'avaient livré ni armements, ni technologies militaires à Pyongyang. Le bureau de construction Ioujmach a également nié avoir tout lien avec le programme balistique ukrainien.

    Toutefois, le constructeur en chef de Ioujmach a déclaré ce mardi qu'en 2012 deux citoyens nord-coréens avaient été jugés pour espionnage dans l'usine et n'a pas exclu que quelqu'un ait pu fabriquer une réplique du moteur ukrainien.

    Lire aussi:

    Ingérence dans les élections US: le Bureau anticorruption de l'Ukraine attaqué en justice
    Evidemment, la Corée du Nord s’inspire des moteurs ukrainiens pour ses missiles…
    Corée du Nord: Trump salue la décision "sage" de Kim Jong-Un sur Guam
    La Corée du Nord convoque ses ambassadeurs pour une réunion à Pyongyang
    Et si la Corée du Sud devait protéger les USA des missiles de Pyongyang?
    Tags:
    missiles, moteurs de fusées, Corée du Nord, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik