Ecoutez Radio Sputnik
    Bachar al-Jaafari

    Damas exhorte l'Onu à dissoudre la coalition internationale dirigée par les USA

    © AFP 2017 Kirill KUDRYAVTSEV
    International
    URL courte
    222713641

    Dans un message envoyé au Conseil de sécurité de l'Onu, Damas l'appelle à dissoudre la coalition internationale dirigée par les États-Unis qui opère dans le pays et que l’ambassadeur syrien auprès de l’Onu accuse par ailleurs de crimes.

    Dans une missive adressée au Secrétaire général des Nations unies et au Conseil de sécurité de l'Onu, la représentation permanente de la Syrie auprès de cette organisation exhorte les pays membres de la coalition internationale à se distancier des crimes commis par cette dernière et met en exergue la nécessité de la dissoudre.

    Selon l’ambassadeur permanent syrien auprès de l’Onu, Bachar al-Jaafari, les actions de la coalition font le jeu des groupes terroristes «qui se sont lancés dans une campagne de terreur et de meurtres contre le peuple syrien».

    Et de souligner que dans leurs déclarations officielles «les membres de la coalition ont reconnu que leurs actions, commises sous prétexte de lutter contre le terrorisme, ont fait en Syrie parmi les enfants, les femmes et les personnes âgées des milliers de morts et de blessés».

    La représentation permanente de Syrie auprès de l’Onu informe régulièrement cette organisation internationale du nombre des victimes et de la quantité des dégâts matériels causés par la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

    Lire aussi:

    Syrie: la coalition utilise des bombes au phospore à Raqqa
    Une frappe de la coalition US fait au moins 60 morts en Syrie
    Syrie: la coalition dément avoir effectué des frappes près de Mayadine le 29 juillet
    10 civils périssent dans de nouvelles frappes de la coalition en Syrie
    La coalition US frappe des bâtiments résidentiels en Syrie, six morts
    Tags:
    coalition anti-Daech, ONU, Bachar al-Jaafari, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik