Ecoutez Radio Sputnik
    Bougies, Barcelone

    Alexandre del Valle sur Barcelone: «Allumer des bougies, cela fait rire nos ennemis»

    © Sputnik.
    International
    URL courte
    Double attentat à la voiture-belier en Espagne du 17 août 2017 (58)
    855377515

    La réponse européenne, et aussi française, aux attaques qui secouent dernièrement le Vieux Continent n'est pas suffisante, affirme à Sputnik l'essayiste franco-italien Alexandre del Valle, qui invite à agir plus efficacement, à mettre fin au fléau terroriste au lieu d'allumer des bougies en hommage aux victimes.

    Le mouvement de solidarité ne cesse de gagner en ampleur sur tous les continents à la suite des attentats de Barcelone et de Cambrils, en Espagne. Or, selon Alexandre del Valle, auteur de l'essai Les vrais ennemis de l'Occident: du rejet de la Russie à l'islamisation des sociétés ouvertes, les attaques devraient plutôt pousser les autorités à agir face à la menace croissante.

    «Allumer des bougies, dire que Barcelone est la ville de l'amour et de la paix, comme Madame Hidalgo, que ça ne va pas changer notre mode de vie, c'est bien gentil, mais ça fait rire nos ennemis. Nos politiques devraient dire: "il est temps de changer". Si cela ne fonctionne pas, c'est que quelque chose n'a pas été fait», estime-t-il dans une interview accordée à Sputnik.

    Bougies, Barcelone
    © Sputnik.
    Bougies, Barcelone
    Pour lui, Emmanuel Macron n'a pas encore fait ses preuves et peut s'avérer meilleur que ses prédécesseurs. Que lui faut-il faire afin d'y parvenir?

    «Ce qu'on attendrait d'un homme politique occidental, ce serait des paroles qui invitent à ce que ça ne se reproduise pas, à plus anticiper, et à punir les responsables. J'ai préféré la réponse de Rex Tillerson, qui a clairement dit qu'il proposait son aide pour retrouver partout les responsables de ce genre d'attentat», précise M.del Valle.

    Quant à la réponse française, elle n'est pas suffisante, tout comme celle britannique et allemande, poursuit-il, invitant à examiner le profil des terroristes qui frappaient depuis des mois:

    «On sait que la plupart des gens recrutés sont soit des fichés S soit des voyous qui ont déjà commis des faits de délinquance. Quand on nous dit qu'ils ne sont pas étrangers, c'est faux: la plupart sont commis par des étrangers. Au moins sur ceux qui sont de nationalité étrangère, au moins ceci lorsque la loi le permet, on devrait les expulser.»

    Bougies en hommage aux victimes de l'attentat de Barcelone
    © Sputnik.
    Bougies en hommage aux victimes de l'attentat de Barcelone
    Bougies en hommage aux victimes de l'attentat de Barcelone
    © Sputnik.
    Bougies en hommage aux victimes de l'attentat de Barcelone

    En cela, le laxisme judiciaire qui consiste à mettre dans les mêmes prisons des profils dangereux est «aberrant», pointe M.del Valle, vu que cela fait 30 ans que l'on sait que les islamistes convertissent dans les prisons. Et depuis ces 30 ans, «on continue à mettre des délinquants de base au contact de professionnels de la conversion à l'islamisme. Si nous voulions multiplier les cellules islamistes, nous ne ferions pas autrement!», fustige-t-il.

    Revenant sur le cas espagnol, la reconquête du pays date d'il y a longtemps: «C'est une vieille histoire, d'ailleurs dans la revendication de 2004 à Madrid, le commando lié à Al-Qaïda avait déclaré qu'ils "réglaient de vieux compte avec l'Espagne", qui remonte à l'El-Andalous, quand toute l'Espagne sous occupation arabe islamique s'appelait ainsi». Parce que l'Espagne, à la différence de la France ou l'Italie, terres chrétiennes, était «une terre islamique du califat occupée par des infidèles, terre à libérer», explique l'interlocuteur de l'agence.

    Bougies, Barcelone
    © Sputnik.
    Bougies, Barcelone

    Deux attentats à la voiture bélier ont été commis à quelques heures d'intervalle en Catalogne, dans le nord-est de l'Espagne, faisant au total 14 morts et une centaine de blessés dans le cœur touristique de Barcelone et dans la station balnéaire de Cambrils.

    Daech a revendiqué jeudi soir l'attentat de Barcelone. L'attaque de Cambrils n'avait pas été revendiquée vendredi matin, mais la police établit un lien avec l'attentat de Barcelone.

    Il s'agit du premier attentat revendiqué par Daech en Espagne, mais le pays avait été touché en mars 2004 par le pire attentat islamiste en Europe. Des bombes avaient explosé dans des trains à Madrid faisant 191 morts, une attaque revendiquée par un groupe de la mouvance Al-Qaïda.

    Bougies, Barcelone
    © Sputnik.
    Bougies, Barcelone

    Dossier:
    Double attentat à la voiture-belier en Espagne du 17 août 2017 (58)

    Lire aussi:

    Barcelone, Paris, et les fondements culturels du terrorisme
    La CIA aurait prédit un attentat à Barcelone deux mois à l’avance
    Attentats de Barcelone: Driss Oukabir a bien été interpellé
    Un touriste saoudien sur l’attaque de Barcelone: «Le camion roulait à une vitesse folle»
    Barcelone: un homme qui a renversé des policiers retrouvé poignardé
    Tags:
    menace terroriste, bougie, hommage, actions, attentat, terrorisme, Catalogne, Barcelone, Espagne, Europe, France, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik