Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau turc

    La Turquie, «un garant des terroristes», selon Assad

    © REUTERS / Dylan Martinez
    International
    URL courte
    73788

    La seule chose dont Ankara est garant, ce sont des terroristes qu'il soutient toujours, a déclaré le Président syrien Bachar el-Assad lors d'une réunion diplomatique.

    Le dirigeant syrien a estimé que l'État turc, qui participe aux négociations de paix sur la crise syrienne aux côtés de la Russie et de l'Iran, ne jouait en rien le rôle d'un garant de la paix en Syrie, voir même l'inverse:

    «Nous ne considérons pas la Turquie comme un garant du règlement pacifique, ni un partenaire dans cette optique… Elle est en effet un garant, mais des terroristes», a fustigé Bachar el-Assad au cours d'une réunion des employés de son ministère des Affaires étrangères.

    Selon le Président, son homologue turc Recep Tayyip Erdogan a été obligé de se joindre au processus de paix à Astana parce que les djihadistes subissaient une défaite et, via ce processus, le gouvernement turc aspirait à protéger ces derniers. «Il y a eu des obstacles lors de certaines négociations [des pourparlers, ndlr] dans le but de défendre les terroristes», a-t-il ajouté.

    En cela, M.Assad a remercié la Russie et l'Iran pour leur contribution aux succès réalisés par l'armée syrienne dans la lutte antiterroriste.

    Les délégations russe, turque et iranienne se sont mises d'accord début mai pour créer quatre zones de désescalade sur le territoire syrien. Trois d'entre elles sont déjà opérationnelles: une au nord de la ville de Homs, la deuxième à la Ghouta orientale et la troisième à la frontière entre la Syrie et la Jordanie. Actuellement, les trois pays mènent des discussions sur la création de la quatrième dans la province d'Idlib.

    Lire aussi:

    Syrie: la Turquie prépare-t-elle une opération à Idlib?
    Ankara remercie Moscou pour les zones de désescalade en Syrie
    Conseillère d’Assad: la guerre en Syrie a changé l’équilibre des forces
    La victoire sur le terrorisme est proche, mais la Syrie a reçu «une leçon cruelle»
    «Pour la paix en Syrie»: quand des réfugiés syriens manifestent dans une ville brésilienne
    Tags:
    crise syrienne, règlement au Proche-Orient, paix, terrorisme, Bachar el-Assad, Iran, Russie, Syrie, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik