Ecoutez Radio Sputnik
    Un sous-marin chinois

    Missile balistique chinois JL-3: un nouveau chapitre dans la dissuasion nucléaire mondiale

    © AP Photo/ Guang Niu, Pool
    International
    URL courte
    238389621

    La Chine développe le nouveau missile balistique naval Julang-3. L’expert militaire Vassili Kachine a expliqué en exclusivité à Sputnik son importance pour les forces stratégiques chinoises.

    Suite à l'information relayée par les médias chinois sur le développement par la Chine du nouveau missile balistique intercontinental Julang-3, l'expert militaire Vassili Kachine a évoqué pour Sputnik son importance pour les forces stratégiques chinoises.

    L'expert a signalé que le développement par la marine chinoise d'un nouveau missile balistique JL-3 destiné à équiper ses sous-marins était connu depuis plusieurs années. Son développement a ainsi été évoqué par le dernier rapport du ministère américain de la Défense consacré à la puissance militaire chinoise. Le JL-3 doit être utilisé pour équiper les sous-marins nucléaires du futur du projet 096.

    Vassili Kachine a ajouté que l'information sur le projet avait été précédée par la mise en ligne fin juillet-début août des photos d'un sous-marin d'essai du projet 032 réaménagé aux chantiers navals de Dalian. Ses silos ont été adaptés pour accueillir un missile de plus grande taille, ce qui a modifié les contours du bâtiment.

    «À l'heure actuelle la marine chinoise dispose de quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins appartenant au projet 094/94G et armés de missiles JL-2», précise l'expert.

    Selon lui, les possibilités d'utiliser le missile JL-2 pour contenir les États-Unis sont limitées bien que sa portée se situe entre 7.400 et 8.000 km. En effet, la base des sous-marins nucléaires chinois se trouve en mer de Chine méridionale d'où il est difficile d'entrer dans l'océan Pacifique: il faut franchir des détroits étroits contrôlés par les marines américaine et japonaise. De plus, tirés depuis la mer de Chine méridionale, les JL-2 n'atteignent pas la partie continentale des États-Unis et ne peuvent être utilisés que contre les alliés américains et les bases américaines en Asie.

    «Le développement des forces nucléaires stratégiques navales oblige la Chine à développer un missile d'une portée de 11.000 à 13.000 km et doté d'ogive à têtes multiples», suggère Vassili Kachine.

    Les essais du JL-2 ont été un processus long et pénible accompagné de nombreux échecs.

    «Tout porte à croire que le développement du programme JL-3 sera plus rapide. Sa différence avec le JL-2 sera moins radicale que celle entre le JL-2 et le JL-1, le premier missile balistique naval chinois d'une portée de 1.700 km seulement. Les Chinois pourront utiliser l'expérience engrangée et avancer plus vite», conclut l'expert. 

    Lire aussi:

    L'armée de l'air chinoise reçoit son nouveau chasseur J-20
    En quête d’efficacité, l’armée chinoise se réforme en profondeur
    L’avenir de la Marine chinoise est lié à de grands porte-avions nucléaires
    Ces missiles balistiques intercontinentaux appelés à sauver la Terre
    La Chine installe des missiles intercontinentaux à la frontière russe
    Tags:
    sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE), dissuasion, missiles intercontinentaux, Mer de Chine méridionale, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik