International
URL courte
Opération de libération de la ville de Tall Afar (13)
290
S'abonner

Les militaires irakiens ont procédé à l’assaut du centre-ville de Tall Afar, dernier bastion de Daech à la frontière irakienne avec la Syrie, a relaté le service de presse de l’armée irakienne.

L'armée irakienne a commencé l'opération militaire visant à déloger les djihadistes de Daech de Tall Afar, dernier bastion de Daech à la frontière irakienne avec la Syrie.

«Les forces antiterroristes mènent l'assaut du centre-ville de Tall Afar au sud-ouest et continuent leur avancée. L'assaut a démarré avec la région d'al-Kifah. Les forces de police fédérale s'y dirigent également de l'ouest vers la région d'al-Kifah et effectuent le déminage sur les territoires libérés de Daech», a communiqué le service de presse de l'armée irakienne ajoutant que des forces de l'armée populaire ainsi que des divisions blindées faisaient l'assaut de la ville à partir de l'est.

L'assaut contre la ville de Tall Afar, située à 50 kilomètres à l'ouest de Mossoul, a été préparé de longue date. Le 15 août, les autorités irakiennes ont annoncé le lancement de frappes aériennes sur les positions de Daech à Tall Afar afin de détruire ses lignes de défense.

Après la libération de Mossoul, Tall Afar reste le dernier bastion important de Daech à la frontière syrienne. La ville est essentiellement peuplée de Turkmènes irakiens de confession sunnite. Selon les autorités, la plupart des habitants ont quitté leur foyer.

 

Dossier:
Opération de libération de la ville de Tall Afar (13)

Lire aussi:

L’Irak lance l’offensive pour libérer Tall Afar
Daech proclame l’indépendance de la ville irakienne de Tall Afar du califat
Des chars de combat russes T-90 feront bientôt leurs preuves en Irak
271 personnes ayant fait le djihad en Syrie et en Irak sont de retour en France
Irak: une liste de 173 terroristes potentiels séjournant en Europe découverte
Tags:
offensive, défense, armée, assaut, opération militaire, Etat islamique, Syrie, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik