Ecoutez Radio Sputnik
    Un logiciel à rançon en action

    Des experts mettent en garde contre une invasion de cybermutants

    CC BY-SA 2.0 / Christiaan Colen / Cryptolocker ransomware
    International
    URL courte
    1118

    Au cours des derniers six mois, le nombre total d'attaques de phishing et de ransomware sur les ordinateurs d'utilisateurs aux États-Unis, en Europe et en Asie a doublé par rapport à la même période en 2016. Dans ce contexte, une société prédit une invasion de cybermutants en ligne.

    La société de développement de logiciels Check Point prévient sur son blog d'une nouvelle vague de fraudes en ligne. Selon une étude qu'elle a menée, 23,5% des organisations dans le monde auraient été affectées par le logiciel malveillant RoughTed et 19,7% des entreprises auraient été attaquées par le virus Fireball.

    Parmi les principales menaces, les experts prédisent une invasion de cybermutants et de nouveaux moyens de fraude en ligne. L'expérience du virus Fireball a prouvé que les spécialistes perdaient la guerre contre les programmes malveillants distribués par des sources légales via la publicité. Le pourcentage d'attaques menées avec l'aide de programmes de ransomware a doublé par rapport à l'année précédente et atteint actuellement 48%.

    En plus des mutants, les virus fonctionnant sur la base de macros telles que celles que l'on peut utiliser dans la suite Microsoft Office évoluent rapidement. La nouvelle génération de maliciels ne demande même pas à l'utilisateur le démarrage de la macro. Par ailleurs, la cyberarme est saisie par des malfaiteurs qui bénéficient de la disponibilité d'outils de piratage développés par le gouvernement américain.

    En outre, la détection de nouvelles vulnérabilités dans les logiciels Apple et le développement de ce qu'on appelle communément les «maisons intelligentes» et d'autres objets conçus pour faciliter la vie entraînent une augmentation sérieuse des risques pour les organisations et les utilisateurs ordinaires, conclut la société.

    Lire aussi:

    Le virus Petya n'a pas rapporté d'argent
    Les experts belges savent d’où provient le virus Petya
    Pyongyang derrière le virus WannaCry? C’est ce que les USA affirment
    Tags:
    cybermenaces, cybersécurité, cyberespace, cybercriminalité, cyberattaque
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik