Ecoutez Radio Sputnik
    Pakistan

    Un ex-officier de la CIA redoute l’effet de la position rigide de Trump sur le Pakistan

    © AFP 2017 Aamir Qureshi
    International
    URL courte
    3134260

    La promesse de Donald Trump de durcir sa position à l’égard du Pakistan pourrait avoir des conséquences fâcheuses, notamment pour le trajet des fournitures des États-Unis et de l’Otan vers l’Afghanistan, a confié à Sputnik l’ex-officier de la CIA Philip Giraldi.

    L'ex-officier de la CIA Philip Giraldi estime que la vive mise en garde de Donald Trump à Islamabad, accusé de servir de base arrière aux Talibans, pourrait avoir de mauvaises conséquences, notamment pour les fournitures des États-Unis et de l'Otan en Afghanistan.

    «Il suffit d'adopter une position dure à l'égard du Pakistan pour que les ressources [des États-Unis et de l'Otan] qui transitent via Karachi pour la lutte en Afghanistan s'épuisent. Quel absurde discours», a déclaré M.Gilardi.

    «Dire que cela permettrait de prévenir des attaques des Talibans contre les États-Unis est un non-sens. Ce n'est pas à l'ordre du jour des Talibans», a-t-il ajouté.

    Selon Philip Gilardi, la nouvelle stratégie de Trump ne poursuit qu'un seul objectif, à savoir rejeter le problème de retrait de l'Afghanistan sur son successeur.

    Lundi 21 août, Donald Trump a rendu publique, dans son discours à la base de Fort Meyr, une nouvelle stratégie pour l'Afghanistan. Le Président américain a refusé de parler des aspects militaires de la stratégie mais a donné à comprendre qu'il n'y aurait pas de retrait précipité de l'Afghanistan.

    Dans le même discours il a accusé Islamabad de servir, de fait, de base arrière aux Talibans.

    «Le Pakistan a beaucoup à gagner en collaborant à nos efforts en Afghanistan. Il a beaucoup à perdre en continuant à abriter des terroristes», a-t-il martelé avant d'enchaîner: «Cela doit changer et cela va changer immédiatement!»

    Au Pakistan, ces accusations du Président américain ont été qualifiées de «décevantes». 

    Lire aussi:

    Les Talibans feront-ils de l’Afghanistan un «cimetière de militaires US»?
    Afghanistan: les USA pourraient intensifier leur lutte contre les talibans
    Afghanistan: la politique US rend la Chine perplexe
    Tags:
    conséquences, discours, OTAN, Philip Giraldi, Donald Trump, Afghanistan, Pakistan, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik