Ecoutez Radio Sputnik
    Un garçon tient des drapeaux chinois et américain à Pékin

    La Chine appelle les USA à «arrêter leur pratique malavisée» de sanctions unilatérales

    © AP Photo/ Shannon Stapleton, Pool
    International
    URL courte
    82402441

    Pékin s’élève contre les sanctions unilatérales adoptées par le gouvernement américain à l’encontre d’entreprises et de citoyens chinois.

    La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying a appelé les autorités américaines à mettre un terme à leur pratique malavisée qui consiste à prendre des sanctions de manière unilatérale en se fondant seulement sur la législation nationale.

    «Nous nous opposons à toutes sanctions unilatérales prises hors du Conseil de sécurité de l'Onu, en particulier, lorsque d'autres pays imposent des sanctions vis-à-vis d'entreprises ou de citoyens chinois sur la seule base de leur législation nationale. Notre position sur cette question est constante et explicite», a souligné Hua Chunying lors d'un point de presse.

    Elle a précisé que la Chine satisfait pleinement aux conditions de la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu et aux engagements internationaux pris.

    «Les techniques des États-Unis ne contribuent pas ni à résoudre le problème, ni à établir une confiance mutuelle et une collaboration entre la Chine et les États-Unis. La partie chinoise demande à ses collègues américains de cesser d'appliquer cette pratique malavisée.»

    Le mardi le 22 août, le ministère des Finances américain a rendu publique la mise à jour de la liste des sanctions où figurent, du fait de leurs liens avec la Corée du Nord, une entreprise russe ainsi que plusieurs sociétés chinoises, namibiennes et singapouriennes.

    Lire aussi:

    Chine: «Nous sommes contre le recours à la force» en Syrie
    Sanctions US: Pékin adresse une note à Washington
    Accord nucléaire iranien: Pékin monte au créneau face à Trump
    Tags:
    sanctions, Hua Chunying, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik