International
URL courte
57984
S'abonner

Désormais, les touristes russes auront la possibilité de se rendre en Corée du Nord plus facilement. La première agence officielle nord-coréenne s’est en effet ouverte en Russie et la procédure d’obtention de visa pour ses citoyens a été simplifiée, a confirmé le président de l’Union russe des agences de voyages.

La première agence de voyages officielle NKOREAN proposant à réaliser des voyages en Corée du Nord a ouvert ses portes en Russie. En outre, le conseiller de l'ambassade de Corée du Nord en Russie Kim Sen Houn a déclaré lors d'une conférence de presse à Moscou, que la Corée du Nord avait simplifié la procédure d'obtention de visa pour les Russes. Ces démarches sont censées augmenter le potentiel touristique de cette destination auprès des Russes.

Ainsi, les délais du traitement des documents pour les touristes russes ont été réduits, passant de 2-3 semaines à 5 jours.

Damas
© Sputnik . Mikhaïl Voskressenski

Le Président de l'Union russe des agences de voyages Sergueï Golov estime que les Russes ne voyagent pas assez souvent en Corée du Nord à cause de la faible publicité faite autour de cette destination. Il s'accorde à dire que cette évolution en matière de tourisme porte en elle de grandes perspectives.

Kim Sen Houn a également déclaré que le tourisme international était capable de briser des stéréotypes occidentaux sur le sous-développement de la Corée du Nord. Il a fait remarquer que grâce aux voyages en Corée du Nord les touristes auraient désormais la possibilité de juger le pays par eux-mêmes.

En mai, la communication entre la Russie et la Corée du Nord par le biais de navettes a été rendue effective.

 

Lire aussi:

Près de 8.000 nouveaux cas de Covid-19 et 499 décès en France en une journée
Macron et Poutine face au Covid-19: une pandémie, deux stratégies à la loupe
«Secret Défense»: la base aérienne 110, un cluster du coronavirus que la France tente de couvrir?
Tags:
voyages, touristes, Corée du Nord, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook