International
URL courte
54623
S'abonner

Emmanuel Macron a très vivement critiqué le gouvernement polonais qui refuse de réviser la directive européenne sur le travail détaché. Selon le Président français, les Polonais méritaient mieux que leurs dirigeants, qui tournent selon lui leur dos aux valeurs européennes et isolent leur pays.

Le refus des Polonais, confirmé jeudi par la Première ministre, de réviser la directive européenne sur le travail détaché est une illustration supplémentaire des erreurs de ce gouvernement, a estimé Emmanuel Macron lors de sa tournée dans l'est de l'Europe pour promouvoir un durcissement de cet acte normatif.

Selon Emmanuel Macron, les Polonais mériteraient mieux que leurs dirigeants, qui tournent selon lui leur dos aux valeurs européennes et isolent leur pays.

La Pologne enfreint les valeurs fondamentales de l'Union européenne, estime Emmanuel Macron.

Le chef de la République a également ajouté que la Pologne ne pouvait pas donner son sens et sa direction à l'Europe.

La Première ministre polonaise Beata Szydlo a affirmé jeudi le refus de Varsovie de revenir sur la directive européenne sur le travail détaché.

«Nous défendrons jusqu'au bout notre position, parce que c'est une position qui est dans l'intérêt des travailleurs polonais, a déclaré Mme Szydlo, citée par l'AFP, à la presse.

Cette directive permet à une entreprise de l'UE d'envoyer à titre provisoire dans d'autres pays de l'Union ses salariés en continuant à payer les cotisations sociales dans le pays d'origine. Si cet acte normatif qui encadre le statut date de 1996, c'est surtout lorsque l'Europe a commencé à s'élargir à l'Est, à partir 2004, que la directive fait parler d'elle.

La Pologne est le pays qui profite le plus de cette directive et est farouchement hostile à toute réforme. Environ 500.000 Polonais sont employés par des entreprises polonaises dans d'autres pays membres de l'UE.

Pour M.Macron, cette peur du «plombier polonais» est explicable: la directive constitue une concurrence déloyale pour le marché du travail français et est injuste pour les travailleurs français.

La France, qui a accueilli 286.000 salariés détachés déclarés en 2015, est le deuxième pays d'accueil derrière l'Allemagne, favorable elle aussi à des garde-fous.

Soutenue par l'Autriche et l'Allemagne, la France souhaite limiter la durée de séjour d'un travailleur détaché à un an et non 24 mois.

Lire aussi:

Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Jean-Jacques Bourdin flashé à 186 km/h à plus de 100 km de son domicile, son permis de conduire confisqué
Un député français membre des Républicains qui avait été infecté au coronavirus est décédé
Alger rappelle «immédiatement» son ambassadeur à Paris après les documentaires sur le Hirak
Tags:
travailleurs détachés, Beata Szydlo, Emmanuel Macron, Pologne, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook