International
URL courte
Polémique autour du référendum kurde (2017) (48)
451
S'abonner

Lors d’une visite officielle à Bagdad, le chef de la diplomatie turque Mevlüt Çavuşoğlu a mis en garde les autorités du Kurdistan contre la tenue, prévue en septembre, du référendum sur sa sécession de l’Irak. Hadee Jalo Maree, directeur du Centre irakien des décisions politiques, a commenté la situation pour Sputnik.

Le ministre turc des Affaires étrangères est arrivé à Bagdad après la visite du chef d'état-major iranien à Ankara où ce dernier avait rencontré le Président de la Turquie et signé un accord militaire, a rappelé à Sputnik Hadee Jalo Maree.

«Cet accord a rendu plus probables une opération militaire conjointe contre le Parti pour une vie libre au Kurdistan (PJAK) dans le nord de l'Iran, ainsi qu'une campagne militaire turque contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK)», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que la menace militaire que font peser l'Iran et de la Turquie sur ces deux organisations n'était pas le seul problème du Kurdistan.

«Les Etats-Unis ont assuré le gouvernement irakien qu'ils soutenaient son idée de s'opposer à la tenue de ce référendum dans les semaines à venir», a rappelé l'expert.

Et de résumer que le dirigeant du Kurdistan irakien Massoud Barzani devait adopter des mesures pour sortir de cette situation difficile alors que les Kurdes insistaient toujours sur la tenue du référendum comme prévu en septembre, et que la Turquie, l'Irak, l'Iran et la Syrie étaient prêts à l'empêcher tant politiquement que militairement.

Dossier:
Polémique autour du référendum kurde (2017) (48)

Lire aussi:

Quand Griveaux expliquait à Fillon comment être un candidat exemplaire - vidéo
«Le pire scénario»: le Kremlin répond à la menace d’Ankara d'entamer une opération militaire à Idlib
Mécontent des négociations avec Moscou, Erdogan se dit prêt à lancer une opération militaire à Idlib
Voici pourquoi il ne faut jamais conserver les œufs dans la porte d’un réfrigérateur
Tags:
Kurdes, mise en garde, référendum, Sputnik, Parti pour une vie libre au Kurdistan (PJAK), Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Massoud Barzani, Hadee Jalo Maree, Mevlut Cavusoglu, Syrie, Iran, États-Unis, Turquie, Kurdistan irakien, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook