International
URL courte
16594
S'abonner

Des avions, des chars et des milliers de soldats étaient mobilisés samedi et dimanche au Venezuela pour des exercices militaires ordonnés par le président Nicolas Maduro en réponse à la «menace» de son homologue américain Donald Trump, au lendemain des nouvelles sanctions contre le pays pétrolier.

Plus de 900.000 hommes seront mobilisés samedi et dimanche au Venezuela pour des exercices militaires ordonnés par le président Nicolas Maduro en réponse à son homologue américain Donald Trump, qui a évoqué une possible intervention militaire pour régler la crise dans le pays.

«Plus de 900.000 combattants. Jamais auparavant la FANB (armée vénézuélienne) n'a été aussi soudée, aussi unie. Cet exercice va nous permettre de passer à une nouvelle phase d'alerte, d'attitude pour le combat défensif», a déclaré le chef du Commandement stratégique opérationnel, Remigio Ceballos, entouré de soldats.

Déploiement de véhicules militaires et de troupes, entraînements au tir, vols d'avions: quelque 200.000 soldats et 700.000 miliciens, réservistes et civils doivent participer ce week-end aux exercices de la «souveraineté bolivarienne 2017».

La Maison-Blanche a exclu vendredi toute action militaire américaine au Venezuela à court terme, deux semaines après les déclarations de Donald Trump qui avaient suscité la surprise en évoquant une possible «option militaire» dans ce pays secoué par une profonde crise politique et institutionnelle.

Déterminé à démontrer que son pays ne resterait pas immobile face à «l'effondrement» du Venezuela, le président américain Donald Trump a signé vendredi un décret prévoyant l'interdiction d'acheter de nouvelles obligations émises par le gouvernement vénézuélien ou par la compagnie pétrolière nationale PDVSA.

Le décret ne mentionne cependant pas une quelconque interdiction à des compagnies américaines d'acheter du brut vénézuélien. «Ces mesures ont été soigneusement calibrées pour priver la dictature Maduro d'une source cruciale de financement", a souligné la Maison Blanche, qualifiant le régime en place de «dictature».

Le président Maduro a également annoncé vendredi une réunion la semaine prochaine avec les détenteurs d'obligations vénézuéliennes, afin de discuter avec eux des conséquences des nouvelles mesures américaines. Dans son discours, M. Maduro a précisé que 62% de ces investisseurs sont aux Etats-Unis, 12% au Royaume-Uni et 6% au Canada: "Trump leur brûle leurs obligations dans les mains", a-t-il ironisé.

Selon M. Maduro, ces sanctions américaines ont été demandées par la droite vénézuélienne, pour déstabiliser encore un peu plus le pays. Le président attribue régulièrement l'origine de la crise vénézuélienne à une volonté des Etats-Unis de le renverser avec l'aide de l'opposition.

Lire aussi:

Vol «d’enfer» entre le Maroc et la Belgique: les passagers hurlent et prient en pleine tempête – vidéo
Au Cameroun, les mangeurs de chats et de chiens n’en démordent pas…
Un incident survient entre des blindés russes et américains en Syrie – vidéo
Des Su-24 russes détruisent un char et 6 véhicules blindés des terroristes en Syrie
Tags:
exercices militaires, Nicolas Maduro, Venezuela
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook