Ecoutez Radio Sputnik
    Police londonienne

    Attaque au sabre devant le palais de Buckingham: un second suspect interpellé

    © AP Photo / Markus Schreiber
    International
    URL courte
    760
    S'abonner

    La police londonienne a annoncé ce dimanche avoir interpellé et mis en garde à vue un individu soupçonné d'être lié à l'attaque au sabre contre la police, survenue vendredi soir devant la résidence de la reine Élizabeth II.

    Enquêtant sur l'attaque au sabre, survenue vendredi soir en plein cœur de la capitale britannique, les forces de l'ordre londoniennes ont annoncé ce dimanche avoir interpellé un homme de 30 ans, dans l'ouest de Londres, soupçonné d'être impliqué dans la planification d'un acte terroriste.

    «Un homme a été arrêté aujourd'hui à 10h15, il est soupçonné d'être impliqué dans la planification, la préparation ou l'instigation d'un acte de terrorisme», a indiqué la police.

    ​Et d'ajouter que l'assaillant de 26 ans, arrêté vendredi en possession d'une arme blanche après avoir blessé des policiers devant le palais de Buckingham, était toujours détenu.

    Vendredi soir, un homme au volant d'une Toyota Prius a conduit son véhicule dans un endroit interdit du parking devant le palais de Buckingham et a bloqué le passage à une voiture de police.

    À l'intérieur de son automobile, la police a trouvé un sabre d'1,20 mètre posé sur le sol du siège passager. L'assaillant l'a saisi et en criant «Allahu Akbar» a blessé des membres des forces de l'ordre, avant d'être neutralisé avec du gaz incapacitant.

    L'enquête a été saisie par la police antiterroriste.

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    La plus grande raffinerie de France touchée par un important incendie - vidéo, photos
    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    Envoyé par erreur par la poste, un chat passe plus d’une semaine dans un colis
    Tags:
    attaque, interpellation, suspect, terrorisme, Scotland Yard, Royaume-Uni, Londres
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik