International
URL courte
9171
S'abonner

Samedi, plusieurs centaines de milliers de personnes ont participé à Barcelone à une marche contre la terreur. Malgré le fait que Felipe VI soit devenu le premier souverain espagnol à participer à une manifestation depuis 1975, il a été hué par la foule, reprochant à Madrid de vendre des armes à des pays accusés de liens avec l'islamisme radical.

Une grande manifestation a été organisée samedi après les attentats en Catalogne pour lutter contre le terrorisme. Pourtant, une atmosphère de tension régnait entre les manifestants et le pouvoir central de Madrid, présent à la manifestation.

Le roi d'Espagne, Felipe VI, et le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy ont été hués lors de la manifestation. Les sifflets se sont répétées ailleurs dans le cortège, quand les deux hommes apparaissaient sur les écrans géants.

Les militants catalans munis de drapeaux indépendantistes reprochaient à l'État espagnol de vendre des armes à des pays accusés de liens avec l'islamisme radical, indique Franceinfo.

«Vos politiques, nos morts», criaient-ils, en dénonçant le fait que l'Espagne espère vendre cinq navires de guerre à l'Arabie saoudite.

Ils avaient aussi déployé une immense banderole représentant leur monarque serrant la main du roi d'Arabie saoudite.

Felipe VI est devenu le premier souverain espagnol à participer à une manifestation depuis le rétablissement de la monarchie en 1975. Ministres, chefs de partis, maires et présidents de régions étaient également venus en grand nombre.

Deux attentats à la voiture bélier ont été commis à quelques heures d'intervalle en Catalogne, dans le nord-est de l'Espagne, faisant au total 16 morts et une centaine de blessés dans le cœur touristique de Barcelone et dans la station balnéaire de Cambrils.

Lire aussi:

La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
Cas de thrombose: les USA préconisent une pause dans l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson
Des millions de voitures pourraient être prochainement exclues de la circulation dans les grandes villes de France
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Tags:
manifestation, Felipe VI, Catalogne, Espagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook