International
URL courte
7130
S'abonner

Les services de renseignement allemands sont «incapables de fournir des preuves juridiquement justifiées» sur la soi-disant ingérence russe dans les attaques informatiques menées en Allemagne, selon des médias allemands.

Le chef du service de renseignements intérieurs allemand (BfV), Hans-Georg Maaßen, a reconnu l'incapacité de prouver l'implication de la Russie dans les attaques informatiques survenues en Allemange.

Selon le journal allemand Welt am Sonntag, Berlin craint que les méchants russes ne puissent «intervenir» lors des élections au Bundestag qui se tiendront en septembre. D'après M.Maaßen, son département n'exclue pas la possibilité que la «Russie serait en mesure de lancer une campagne de désinformation dans le cadre des élections au Bundestag».

Il a cependant supposé que le Kremlin pourrait ne pas être «intéressé par une nouvelle détérioration des relations avec l'Allemagne». Qui plus est, Berlin admet que les piratages ne répondent pas au «programme politique actuel du Kremlin», indique le Deutsche Welle.

Dans le même temps, les agences allemandes de renseignement ont peur que les hackers parviennent à accéder à de grandes quantités d'informations confidentielles. En particulier, il s'agit d'une cyberattaque sur les serveurs du Bundestag en 2015 dont la faute a été fréquemment rejetée sur la partie russe malgré le fait que «les services de renseignement sont pratiquement incapables de fournir des preuves juridiquement justifiées que la Russie serait derrière ces attaques informatiques contre le Bundestag», comme l'a reconnu Hans-Georg Maaßen.

 

Lire aussi:

Le monde menacé d’une crise alimentaire, alerte l'Onu
«Des patients vont mourir en souffrant»: alerte sur une possible pénurie d’anesthésiants
La NASA prépare une frappe sur un astéroïde fonçant vers la Terre
Un rapport remis par le Pr Raoult il y a 17 ans prédisait le chaos à venir mais le gouvernement l’a ignoré
Tags:
hackers, piratage, Russie, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook