Ecoutez Radio Sputnik
    Rosneft

    Gerhard Schröder pourrait présider le conseil d'administration de Rosneft

    © Sputnik. Maxim Blinov
    International
    URL courte
    10220

    Après que des médias ont évoqué la possibilité selon laquelle l'ex-chef du gouvernement allemand devrait prendre fin septembre un poste de directeur indépendant au sein du groupe pétrolier russe Rosneft, de nouvelles informations suggèrent que Gerhard Schröder pourrait devenir président du groupe.

    La candidature de l'ancien chancelier allemand (1998-2005) Gerhard Schröder a été avancée pour le poste de président de l'entreprise pétrolière russe Rosneft, indiquent des médias russes, citant des documents produits par les ministères concernés et présentés devant le gouvernement russe.

    La décision de proposer M.Schröder pour ce poste s'explique par le fait qu'il est un homme politique à carrure internationale qui travaille sur le maintien de la coopération de l'Allemagne et de l'Europe avec la Russie en matière énergétique.

    Actuellement, c'est le conseiller du Président Poutine, Andreï Belousov, qui préside le conseil d'administration de Rosneft. Malgré une vague de critiques, M.Schröder a affirmé, dans un entretien au journal suisse Blick, ne pas entendre renoncer à ce poste chez Rosneft.

    Auparavant, les médias avaient annoncé que l'ancien chef du gouvernement allemand (1998-2005), qui occupe depuis 2005 des fonctions chez le géant gazier russe Gazprom, devrait prendre fin septembre un poste de «directeur indépendant» chez le groupe Rosneft visé par les sanctions occidentales depuis 2014.

    Pour M.Schröder, l'intégration de la Russie et de son secteur énergétique dans l'économie internationale revêt une grande importance. Selon lui, Rosneft a des intérêts en Allemagne, notamment dans l'est du pays.

    Lire aussi:

    Schröder: «Dans l’avenir, aucun Président russe ne renoncera à la Crimée»
    Schröder qualifie d'«erronée» la politique de l'UE à l'égard de Moscou
    Schröder à la tête de Rosneft: l’amitié avec Poutine ne serait pas la seule raison
    Tags:
    candidature, nomination, affaires, Rosneft, Gerhard Schröder, Europe, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik