International
URL courte
7521
S'abonner

Avec le nombre de migrants musulmans arrivant en Allemagne, non seulement le marché de la consommation change, mais aussi le montant des virements vers des comptes à l’étranger, selon la Bundesbank.

Les migrants travaillant en Allemagne ont viré dans leurs pays d'origine 4,2 milliards d'euros, une somme record dans l'histoire du pays depuis sa réunification en 1990, relate le journal Wirtschaftswoche, citant des données de la Bundesbank.

La destination des virements la plus fréquente est la Turquie, qui a reçu près de 800 millions d'euros, et cette somme reste stable depuis quelques années. Le montant des virements vers la Syrie a quadruplé en 2016, passant de 18 à 64 millions d'euros.

Le montant total des virements a augmenté de 700 millions d'euros par rapport à 2015.

L'agence Bloomberg a analysé en juillet la façon dont change le marché allemand de la consommation à cause des migrants musulmans. Pendant trois années consécutives, les ventes de jambon, de saucisses et d'autres produits de porc ont baissé. L'agence a aussi établi un parallèle entre ce phénomène et la croissance du nombre de végans.

Selon différentes estimations, entre 4 et 5 millions de musulmans vivent en Allemagne. Le ministère allemand des Affaires étrangères s'attendait à ce que 200.000 à 300.000 réfugiés de Syrie et de l'Irak viennent dans le pays. Près d'un million de réfugiés musulmans sont arrivés en Allemagne entre septembre 2015 et juillet 2016, selon le Système EASY (Erstverteilung von Asylbegehrenden), qui répartit les demandeurs d'asile.

Lire aussi:

Le pass sanitaire désormais obligatoire pour la pratique du football
L’intrusion de gens du voyage met ce club du foot français dans une «situation catastrophique» - photos
«Il y a quelque chose sur votre menton»: Joe Biden pris au dépourvu devant les caméras - images
JO-2020: un boxeur français disqualifié en quart de finale fait un sit-in sur le ring
Tags:
Allemagne, virements de fonds, migrants
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook