Ecoutez Radio Sputnik
    Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker

    La sécurité européenne impossible sans la Russie, estime Juncker

    © REUTERS / Vincent Kessler
    International
    URL courte
    33460

    Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker n’envisage pas la possibilité d’assurer la sécurité en Europe sans une coopération avec la Russie. Au cours d’une rencontre avec les chefs des missions diplomatiques de l'UE à Bruxelles, il a souligné la nécessité de «trouver un moyen de dialoguer avec la Russie sur le sujet».

    Prenant la parole devant les chefs des missions diplomatiques de l'UE à Bruxelles, le 29 août, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a déclaré qu'il était impératif de poursuivre le dialogue avec la Russie, car la sécurité globale en Europe en dépendait. L'enregistrement de son discours est disponible sur le site de la Commission européenne.

    «La surface des pays appartenant à l'UE est de 5,5 millions de kilomètres carrés. Le territoire russe en couvre 17,5 millions. Y a-t-il d'autres questions?», a-t-il déclaré. «Il est nécessaire de trouver un moyen de dialoguer avec la Russie au sujet de notre avenir commun».

    Selon M.Juncker, les Européens devraient cesser d'agir en tant que maîtres du monde, car le rôle de l'UE sur la scène internationale diminue et continuera à diminuer.

    «L'histoire évolue très rapidement, et parfois plus vite que nous ne la comprenons. Nous nous sentons et nous agissons comme des maîtres du monde, alors que nous devrions agir dès aujourd'hui de manière plus modeste», a souligné le président de la Commission européenne.

    Jean-Claude Juncker
    © AP Photo / Geert Vanden Wijngaert
    Les relations entre la Russie et les pays occidentaux se sont considérablement détériorées sur fond de crise ukrainienne, tout particulièrement à la suite du rattachement de la Crimée à la Russie, survenu à l'issue d'un référendum en mars 2014. Les pays de l'Union européenne ont d'abord introduit des mesures restrictives contre certaines personnes physiques. Par la suite, des mesures restrictives sectorielles ont été imposées, ainsi que des sanctions frappant spécifiquement la péninsule de Crimée.

    La Russie a riposté en frappant d'embargo en août 2014 plusieurs denrées alimentaires, notamment les produits laitiers, la viande et les fruits et légumes en provenance de l'UE, du Canada, d'Australie et de Norvège.

    Lire aussi:

    Juncker: «La Turquie s'éloigne à pas de géant de l'Europe»
    «Formidable»: Juncker ironise sur les remaniements permanents de l'administration de Trump
    Juncker sur les sanctions antirusses: «Nous devons défendre nos intérêts face aux USA»
    «C’est ma femme? Ha non, c’est Merkel». La dernière mésaventure de Jean-Claude Juncker
    Juncker: «l'Amérique en première» ne signifie que l'Europe doit passer en dernier
    Tags:
    relations, coopération, dialogue, sécurité, Commission européenne, Union européenne (UE), Jean-Claude Juncker, Bruxelles, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik