Ecoutez Radio Sputnik
    Défilé militaire à Pyongyang

    «Pyongyang ne veut pas la guerre mais le statut de puissance nucléaire»

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    39292

    Pour Richard Weitz du Hudson Institute, la Corée du Nord pousse Washington et Moscou à reconnaître son droit de posséder l'arme nucléaire.

    Pyongyang cherche à forcer la communauté internationale à reconnaître la Corée du Nord en tant que puissance nucléaire, estime le directeur du Centre d'analyse militaire et politique du Hudson Institute, Richard Weitz.

    «La Corée du Nord ne veut pas la guerre, mais elle tente de pousser les États-Unis, la Russie et d'autres pays à la reconnaître définitivement comme un État doté de l'arme nucléaire», a déclaré l'expert.

    Selon lui, la communauté internationale ne dispose actuellement pas de bons instruments pour réagir aux démarches de Pyongyang car «ni la diplomatie, ni les sanctions, ni les contre-mesures militaires n'ont produit d'effet» sur ce dossier.

    Dans la nuit de lundi à mardi, la Corée du Nord a effectué un nouveau tir de missile qui a survolé le Japon avant de s'écraser dans l'océan Pacifique. Le lancement a provoqué un tollé international, le Premier ministre japonais Shinzo Abe ayant évoqué «une grave menace pour la nation».

    Le Conseil de sécurité de l'Onu se réunira d'urgence mardi soir pour discuter du dernier tir de missile nord-coréen.

    Depuis 2006, Pyongyang a réalisé cinq essais nucléaires, qui lui ont valu d'être soumis à plusieurs volets de sanctions internationales. Elles ne l'ont cependant pas amené à renoncer au développement de l'arme atomique.

    Lire aussi:

    Quelle sera la réponse des USA au tir de missile nord-coréen?
    Trump et Abe prônent une réponse «rapide et décisive» aux actions de Pyongyang
    «Pyongyang se dotera d'un missile intercontinental courant 2018»
    Tags:
    puissances nucléaires, nucléaire coréen, armes nucléaires, Hudson Institute, Richard Weitz, Shinzo Abe, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik