Ecoutez Radio Sputnik
    Su-34

    Plus de 600 nouvelles armes russes testées en Syrie

    © Sputnik . Grigory Sysoyev
    International
    URL courte
    19683

    Sa participation à la lutte contre les terroristes sur le sol syrien a permis à la Russie de tester en combat réel plus de 600 nouveaux types d'armement.

    Missile de croisière Kalibr tiré depuis un navire
    © Photo. ministère russe de la Défense
    Au cours de l'opération antiterroriste en Syrie, la Russie a testé plus de 600 modèles d'équipements militaires, a déclaré le vice-ministre russe de la Défense Youri Borissov.

    «Dans le conflit syrien, nous avons testé plus de six cents nouveaux types d'armes», a fait savoir M.Borissov lors d'une conférence de presse organisée à l'issue du forum Armée 2017 qui vient de s'achever dans la banlieue de Moscou.

    Su-25SM
    © Sputnik . Alexei Druzhinin
    Il a rappelé que parmi les appareils utilisés par les Forces aérospatiales russes en Syrie figuraient notamment les avions de combat Su-34 et Su-35, ainsi que les Su-24 et Su-25 équipés de nouveaux systèmes de guidage SVP-24 qui permettent d'utiliser de façon plus efficace les munitions non guidées.

    Dans le même temps, l'armée russe a testé en combat ses missiles de croisière Kalibr qui ont été lancés depuis divers plateformes, dont les sous-marins du projet 636 Varchavianka. De nouveaux systèmes de guerre électronique, véhicules blindés et armes légères et de petit calibre ont également fait leurs débuts lors du conflit syrien, a souligné le ministre.

    Lire aussi:

    L'Iran a «confisqué» un pétrolier britannique, des Russes sont à bord - images
    L’Iran rappelle aux États-Unis leur situation géographique
    Après le triomphe de l’Algérie, les Champs-Élysées agités par une ferveur populaire - vidéos
    Tags:
    crise syrienne, guerre électronique, avions militaires, missiles de croisière, Kalibr, projet 636 Varchavianka, Su-25, Su-34, Su-35, Su-24, Iouri Borissov, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik