International
URL courte
11420
S'abonner

L'ex-Chancelier allemand Gerhard Schröder continue de troubler l’esprit des Allemands. Non seulement il se défend contre les attaques à son endroit pour son consentement à entrer au conseil d'administration de Rosneft, mais il contre-attaque! Hier, il s’en est pris aux médias mainstreams lors d’une rencontre avec le public en Basse-Saxe.

Critiqué par des médias mainstream allemands pour son intention d'accepter le poste de directeur indépendant du premier groupe pétrolier russe Rosneft, l'ancien Chancelier fédéral Gerhard Schröder a riposté en affirmant que ceux qui le jugent actuellement «ont auparavant été sur le point» d'entraîner l'Allemagne dans la guerre en Irak et voulaient une nouvelle guerre froide.

«Le mainstream n'a jamais été quelque chose qui m'intéressait particulièrement.» Ceux qui critiquent maintenant «certaines décisions» «ont auparavant été sur le point de nous entraîner dans la guerre en Irak». Ils voulaient tous une «nouvelle guerre froide», a déclaré l'ancien Chancelier allemand cité par le Welt.

Il a également appelé à mettre un terme à la «diabolisation» de la Russie, d'autant plus qu'une collaboration étroite avec Moscou serait profitable pour tout le monde.

«La diabolisation de la Russie n'aide personne; l'intégration de la Russie dans l'économie mondiale peut nous aider tous», a ajouté M.Schröder dont les paroles ont été relatées par l'agence DPA.

Gerhard Schröder a en outre rappelé que c'était à lui, et non aux médias, de décider ce qui se passe et se passera dans sa vie.

 

Lire aussi:

Trump explique ce qu’il considère comme «le plus gros problème dans le monde», la Russie impliquée
«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
Macron a appelé Poutine pour discuter du vaccin russe contre le Covid-19 et de la Biélorussie
Historique: le PSG se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 1ère fois depuis 1995 - vidéos
Tags:
médias mainstream, Gerhard Schröder, Allemagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook