Ecoutez Radio Sputnik
    KAMAZ

    KamAZ fournira à l’Afrique une centaine de camions pour le compte de l’Onu

    © Sputnik . Maksim Bogodvid
    International
    URL courte
    2130

    Le plus grand fabricant russe de camions se consacre au rééquipement du parc automobile du Programme alimentaire mondial de l’Onu en Afrique et fournira des poids lourds destinés à transporter de l’aide humanitaire à travers ce continent.

    KamAZ, le principal fabricant russe de camions, fournira près de 100 camions à l'Afrique pour le compte de l'Onu, a annoncé jeudi l'entreprise dans un communiqué.

    Cette livraison sera réalisée dans le cadre de la deuxième étape du Programme alimentaire mondial (PAM) de l'Onu qui prévoit de rééquiper le parc de camions utilisés pour acheminer l'aide humanitaire.

    D'ici fin 2018, le leader de la construction mécanique russe expédiera en Afrique 97 camions KamAZ, tandis que 30 remorques seront expédiées par sa filiale NefAZ, précise le communiqué.

    Tout le matériel fourni par KamAZ a été adapté aux conditions difficiles de l'Afrique, et notamment au mauvais état des routes.

    Conformément à l'accord sur le partenariat stratégique passé en 2014 entre le gouvernement russe et le PAM, la Russie contribue à ce programme en prêtant une attention particulière à l'augmentation du parc de véhicules du PAM. Entre 2014 et 2015, lors de la première étape du programme de rééquipement, la Russie avait fourni plus de 200 unités automobiles destinées au Soudan, au Ghana, à l'Ouganda et à l'Afghanistan.

    KamAZ est le 11e plus grand fabricant mondial de poids lourds et le huitième producteur de moteurs diesel.

    Lire aussi:

    L’Onu reprend ses livraisons d’aide humanitaire à Deir ez-Zor par la route
    Poutine félicite l’équipe KAMAZ-MASTER pour sa victoire au rallye de La route de la Soie
    Les Américains nourrissent Pyongyang
    Tags:
    camion, aide humanitaire, KamAZ, PAM (Programme alimentaire mondial), Afrique, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik