International
URL courte
15431
S'abonner

Les dernières démarches des États-Unis à l’égard de la Russie sont initiées par tous ceux qui empêchent le Président Trump de présenter des propositions constructives en vue de normaliser les relations bilatérales, affirme le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

«Je tiens à souligner que toute cette histoire autour des échanges de sanctions mutuelles n'a pas été déclenchée par nous, mais par l'administration Obama en vue de saper les relations russo-américaines, et d'empêcher Donald Trump de présenter des propositions constructives et de tenir ses promesses électorales portant sur la nécessité de normaliser les relations bilatérales avec la Russie», a déclaré vendredi matin le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

Pour rappel, le département d'État américain a annoncé jeudi que la Russie devrait fermer d'ici samedi son consulat général à San Francisco et ses missions commerciales à Washington et New York.

Vladimir Poutine avait déclaré fin juillet que le nombre d'employés de la mission diplomatique américaine en Russie devait être égal à celui de la mission russe aux États-Unis, soit 455 personnes. Selon lui, 755 employés de l'ambassade américaine devaient quitter le pays. Le ministère russe des Affaires étrangères a demandé aux États-Unis de réduire le nombre d'employés de l'ambassade avant le 1er septembre.

Les autorités russes ont imposé ces sanctions diplomatiques à l'encontre des États-Unis en réponse à l'adoption par le Congrès américain de nouvelles sanctions antirusses. En outre, Moscou a interdit à partir du 1er août au personnel de l'ambassade l'accès à une résidence et à un entrepôt.

Lire aussi:

Quatre collégiens placés en garde à vue dans le cadre de l'attentat de Conflans
«Collabos!»: la présidente de l’UNEF huée à Paris lors de l’hommage à Samuel Paty - vidéo
Des élèves auraient accepté de l’argent du terroriste de Conflans pour le renseigner sur Samuel Paty
Brigitte Macron cas contact au Covid-19, se met à l'isolement
Tags:
Donald Trump, Sergueï Lavrov, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook