Ecoutez Radio Sputnik
    Convoi de Daech. Archive photo

    La coalition US bloque dans le désert syrien le convoi de Daech parti du Liban

    © REUTERS / Omar Sanadiki
    International
    URL courte
    1391747

    Bien que Damas et le Hezbollah aient accordé un sauf-conduit au convoi évacuant des terroristes de Daech et leurs familles du Liban vers la Syrie, la coalition US l'a bloqué en plein désert. Le Hezbollah rappelle que des femmes et des enfants se trouvent à bord des bus et appelle la communauté internationale à éviter qu'un massacre ne se produise.

    L'aviation de la coalition internationale dirigée par les États-Unis a bloqué le convoi de bus évacuant des terroristes de Daech et des membres de leurs familles du Liban vers la ville syrienne d'Abou Kamal, a annoncé le mouvement chiite libanais Hezbollah.

    «Les avions américains ont bloqué le passage des bus qui transportent les terroristes de Daech et leurs familles en plein désert… Si la situation ne change pas, ces familles, parmi lesquelles se trouvent des femmes enceintes, sont vouées à la mort», déclare le mouvement dans un communiqué.

    Le document souligne que les autorités syriennes et le Hezbollah honorent pleinement les engagements qu'ils ont pris dans le cadre de l'accord passé avec les terroristes et ont garanti le passage sans entrave du convoi sur le territoire contrôlé par l'Armée syrienne.

    «Les déclarations des Américains selon lesquelles ils ne veulent pas laisser entrer les combattants [extrémistes dans le gouvernorat de, ndlr] Deir ez-Zor vont à l'encontre de leurs actions. Les États-Unis octroient leur aide à des milliers de membres de Daech, notamment aux étrangers qui fuient Tall Afar [en Irak, ndlr] pour rejoindre les régions contrôlées par les Kurdes», souligne le Hezbollah.

    Le blocage du convoi n'a aucun rapport avec la lutte contre Daech, considère le mouvement et a prévenu que toute frappe sur les bus ne coûtera pas la vie qu'aux terroristes, mais aussi à des femmes, à des enfants et à des vieillards. Les autorités du Hezbollah ont exhorté la communauté internationale à intervenir et à éviter «un carnage détestable».

    Rappelons que le 19 août, le commandement de l'armée libanaise a annoncé le début d'une opération militaire contre les djihadistes fixant pour objectif de libérer une superficie de 120 kilomètres carrés à la frontière avec la Syrie. En quatre jours, 100 km2 ont été placés sous le contrôle de l'armée.

    À leur tour, les combattants du Hezbollah, appuyés par l'armée syrienne, ont lancé le même jour une opération pour libérer des djihadistes des territoires syriens frontaliers avec le Liban. En cinq jours, plus de 90 km2 sur 155 ont été repris aux terroristes.

    Essuyant des pertes, les terroristes de Daech ont demandé de débuter des négociations à l'issue desquelles ils ont rendu les corps de huit militaires libanais enlevés en 2014 ainsi que les corps de combattants du Hezbollah. En échange, la partie syrienne a accepté le transfert des terroristes dans la ville d'Abou Kamal, dans le gouvernorat de Deir ez-Zor.

    Lire aussi:

    Le Liban et la Syrie suspendent leurs opérations contre Daech
    Des missiles anti-char US retrouvés dans un dépôt d'al-Nosra au Liban
    Du Liban vers la Syrie: la 2e étape de l'évacuation d'extrémistes aurait débuté
    Tags:
    convoi, femmes, enfants, terrorisme, Daech, Hezbollah, Abou Kamal, Deir ez-Zor, Liban, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik