Ecoutez Radio Sputnik
    Kim Jong-Un

    Séisme en Corée du Nord, soupçons d'essai nucléaire

    © REUTERS / Yonhap
    International
    URL courte
    16194
    S'abonner

    Une secousse de magnitude 6,3 qui pourrait être liée à un nouveau test nucléaire réalisé par la Corée du Nord a été enregistrée ce dimanche matin.

    La Corée du Nord pourrait avoir procédé dimanche à un sixième essai nucléaire, a déclaré la présidence sud-coréenne alors qu'un séisme a été enregistré vers 11h30 (03h30 GMT) dans le nord-est du pays.

    La Chine a dit soupçonner une explosion d'être à l'origine de la secousse, qui a atteint une magnitude de 5,2 à 6,3, selon les estimations, et se situait au niveau de la mer, d'après l'institut sismologique chinois, cité par Reuters.

    Peu après la première secousse, les autorités chinoises ont détecté un nouveau séisme de magnitude 4,6 qui, selon elles, était due à un «affaissement».

    Le gouvernement japonais a à son tour affirmé avec un haut degré de certitude qu'il s'agissait d'un nouvel essai nucléaire.

    Les précédents récents séismes dans le pays ont été provoqués par des essais nucléaires et le tremblement de terre s'est produit dans le comté de Kilju, où se trouve le site d'essais nucléaires de Punggye-Ri, rapporte l'agence sud-coréenne Yonhap.

    L'institut américain de veille géologique a déclaré que le séisme s'était produit à 55 km au nord-nord-ouest de Kimchaek.

    La Corée du Nord a affirmé dimanche avoir avoir développé une nouvelle arme nucléaire dotée d'une "grande puissance destructrice". Elle a ajouté que son dirigeant Kim Jong un avait inspecté une bombe à hydrogène destinée à être chargée sur un missile intercontinental.

    Lire aussi:

    Corée du Nord: Kim Jong-un a inspecté une bombe H destinée à un missile balistique
    USA: tous les scénarios de règlement du problème nord-coréen «sont sur la table»
    "J'ai cru que la guerre commençait"
    Tags:
    essais, séisme, Corée du Nord, Corée du Sud, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik