Ecoutez Radio Sputnik
    Un drapeau européen avec un trou représentant le Brexit

    Michel Barnier: «J’apprendrai aux Britannique le prix de la sortie du marché unique»

    © AFP 2018 OLI SCARFF
    International
    URL courte
    12228

    Michel Barnier, négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, a déclaré qu’il enseignerait au Royaume-Uni «le prix du retrait de l’Union», que visiblement les Britanniques ne connaissaient pas…

    Michel Barnier, négociateur en chef sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, a souligné lors d'une conférence de presse en Italie que le Brexit serait «un processus éducatif» pour les Britanniques.

    «J'ai un état d'esprit non agressif… Mais je ne suis pas naïf», a-t-il commencé. «Sortir du marché unique a des conséquences extrêmement importantes et précises, et elles n'ont pas été expliquées aux Britanniques. Nous sommes en train de leur apprendre… le prix du retrait du marché unique».

    La décision de sortir de l'Union européenne a été adoptée par les citoyens britanniques lors du référendum qui s'est tenu le 23 juin 2016. Le 29 mars 2017, le Royaume-Uni a lancé la procédure de sortie de l'UE, après en avoir présenté la demande officielle au chef du Conseil européen Donald Tusk. Le pays devrait avoir achevé son retrait de l'Union européenne le 29 mars 2019.

    Rappelons que si le Royaume-Uni et les 27 pays membres de l'UE ne trouvaient pas un accord formel sur les conditions de leur «divorce», Londres devrait interagir avec ces États conformément aux conditions de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). En outre, les droits des Britanniques résidant en UE et des migrants européens dans le royaume ne seraient pas protégés.

    Lire aussi:

    Sigmar Gabriel accuse Londres de ne pas avoir de stratégie pour le Brexit
    Brexit, machine arrière toute?
    Bruxelles: Londres doit reconnaitre qu’il a besoin de l’UE
    Tags:
    conséquences, sortie de l'UE, prix, Brexit, Union européenne (UE), Michel Barnier, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik