Ecoutez Radio Sputnik
    Kim Jong-un

    Selon Pyongyang, les Sud-Coréens sont de la «chair à canon bon marché» pour les USA

    © REUTERS / KCNA
    International
    URL courte
    41420

    Le ton monte encore en Corée du Nord. Selon l’agence de presse de ce pays, Washington ne défend pas le peuple sud-coréen, mais est un agresseur et un voleur qui transforme la Corée du Sud en un champ de guerre nucléaire. Il est important que Séoul cesse d’être un «esclave» des USA.

    La Corée du Sud n'est qu'un «serviteur colonial» et une «marionnette» entre les mains des «États-Unis», qui cherchent à atteindre leurs objectifs sans se soucier des conséquences possibles pour Séoul, selon l'agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

    Ainsi, Washington ne serait pas un défenseur des Sud-Coréens, comme il le prétend, mais un agresseur et un voleur qui «sans hésiter transforme le pays en un champ terrifiant de guerre nucléaire», d'après le média.

    «Les relations entre les États-Unis et la Corée du Sud sont les relations de domination, d'asservissement et de subordination au maître les plus honteuses au monde», souligne la KCNA.

    Pour l'agence de presse nord-coréenne, il devient donc important de mettre un terme à cet «esclavage» qui a conduit les relations entre le Nord et le Sud à une situation catastrophique, augmentant d'autant le danger de guerre nucléaire sur la péninsule coréenne.

    «Les États-Unis évoquent constamment une "union de sang", un "pays amical", etc. Mais tout cela ne sont que des mots flatteurs servant à utiliser les marionnettes en tant que chair à canon bon marché pour réaliser leurs objectifs agressifs», conclut le média nord-coréen.

    Lire aussi:

    «La Corée du Sud est le Cuba chinois» pour les États-Unis
    La bombe H de la Corée du Nord fait fuir les investisseurs
    Et la route la plus populaire parmi les touristes chinois est… Vladivostok-Corée du Nord
    Tags:
    armes nucléaires, KCNA, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik