Ecoutez Radio Sputnik
    La Mecque

    L'Arabie saoudite nie tout rapprochement avec l'Iran

    © AP Photo/ Mosa'ab Elshamy
    International
    URL courte
    1128808

    Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Joubeir, a nié mardi à Londres tout rapprochement de son pays avec l'Iran, lequel avait remercié, plus tôt dans la journée, le royaume wahhabite pour la bonne organisation du pèlerinage à La Mecque, fait savoir l'AFP.

    «Si l'Iran veut de bonnes relations avec l'Arabie saoudite, il doit changer sa politique et respecter le droit international», a déclaré M.al-Joubeir lors d'une conférence de presse dans la capitale britannique.

    «L'organisation du hajj est une obligation religieuse, cela ne concerne pas la politique», a-t-il ajouté.

    Malgré la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, plus de 86.000 pèlerins iraniens ont participé au grand pèlerinage musulman la semaine dernière, un des cinq piliers de l'islam, contrairement à 2016 où ils n'avaient pas pu le faire.

    Ils faisaient les frais de la rupture des relations diplomatiques entre leur pays et Riyad après le saccage en janvier 2016 de l'ambassade saoudienne à Téhéran par une foule qui réagissait à l'exécution dans le royaume d'un dignitaire religieux chiite saoudien.

    «Nous remercions l'Arabie saoudite […] d'avoir opté pour une nouvelle attitude à l'égard des pèlerins iraniens», avait déclaré Ali Ghazi-Asghar, le représentant du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, pour le hajj.

    Ces propos avaient ouvert la voie à des spéculations sur un éventuel rapprochement entre l'Iran chiite et l'Arabie saoudite sunnite.

    Les deux grands rivaux régionaux connaissent des relations très tendues depuis des années, en raison notamment de leurs différends sur plusieurs dossiers comme la guerre en Syrie, le conflit au Yémen, la situation à Bahreïn ou encore en Irak.

    Lire aussi:

    Doha: l'Arabie saoudite compromet la sûreté des pèlerins qataris
    L'ayatollah Khamenei accuse l’Arabie saoudite d’être «intime avec les infidèles»
    Riyad va-t-il promettre son propre «feu et colère» à Doha et Téhéran?
    Tags:
    hajj, rapprochement, La Mecque, Arabie Saoudite, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik