International
URL courte
390
S'abonner

La société de surveillance du crédit à la consommation Equifax a annoncé jeudi que les données personnelles de près de 143 millions de clients américains ont été exposées à des piratages informatiques entre mi-mai et juillet dernier.

Equifax, qui récolte et analyse les données personnelles de clients sollicitant un crédit, a fait état jeudi d'une intrusion dans ses bases de données. Des pirates ont eu accès, de mi-mai à juillet, aux noms, adresses, dates de naissances, numéros de sécurité sociale et parfois identifiants de permis de conduire de 143 millions d'Américains. Autant d'informations qui peuvent servir à une usurpation d'identité.

Le piratage, qui a possiblement touché un peu moins de la moitié de la population américaine, est l'un des plus grands aux États-Unis. Jeudi soir, l'action Equifax perdait 19% dans les échanges d'après-Bourse.

Dans un communiqué, le groupe basé à Atlanta précise avoir découvert une faille de sécurité le 29 juillet dernier.

Des pirates ont exploité une vulnérabilité d'une application d'un site internet américain pour accéder à des dossiers listant des noms, numéros de sécurité sociale et de permis de conduire de clients américains.

En outre, les numéros de carte de crédit d'environ 209.000 Américains et les informations personnelles de 182.000 autres impliqués dans des litiges ont été piratés. Les données de résidents canadiens et britanniques ont également été ciblées, a ajouté Equifax.

Le groupe a ouvert une enquête et coopère avec les autorités fédérales américaines. Le FBI suit la situation, a confirmé une porte-parole de l'agence de renseignement intérieur.

Lire aussi:

Des hackers derrière la collision de l'USS John McCain?
Aux USA, les hackers ont trouvé un nouveau moyen de voler des bitcoins
Crise autour du Qatar? La faute aux hackers russes, bien sûr!
Historique: le PSG se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 1ère fois depuis 1995 - vidéos
Tags:
cyberattaque, hackers, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook