Ecoutez Radio Sputnik
    Saakachvili s'apprête à traverser la frontière entre la Pologne et l'Ukraine

    Odyssée transfrontalière: Saakachvili et ses partisans pénètrent sur le sol ukrainien

    © Sputnik . Alexei Bitvitsky
    International
    URL courte
    35259

    Entouré de ses partisans, l'ex-Président géorgien et ancien gouverneur de la région d'Odessa, Mikhaïl Saakachvili, a réussi à pénétrer sur le sol ukrainien au point de passage de Cheguini, à la frontière avec la Pologne, et est en route pour Lvov. Mais son odyssée transfrontalière ne semble pas encore avoir touché à sa fin...

    Se retrouver bloqué à bord d'un train en Pologne, puis poursuivre sa route en bus, pour enfin pénétrer à pied sur le sol ukrainien — l'ex-Président géorgien Mikhaïl Saakachvili aura eu une journée mouvementée. Après avoir passé la douane polonaise, l'homme politique a rencontré une nouvelle embûche sur chemin: les garde-frontière avaient bloqué le point de passage de Cheguini par lequel il envisageait d'entrer sur le sol ukrainien.

    Les partisans de Mikhaïl Saakachvili ont alors forcé le cordon formé par les garde-frontière ukrainiens et des affrontements ont éclaté, a constaté un correspondant de Sputnik présent sur place. Ensuite, toujours entouré de ses compagnons, l'ex-Président a enfin pu pénétrer en Ukraine et a annoncé son intention de se rendre à Lvov avec ses partisans pour y décider de ses démarches ultérieures.

    Situation à la frontière entre l'Ukraine et la Pologne
    © Sputnik . Alexeï Vovk
    Situation à la frontière entre l'Ukraine et la Pologne

    Parviendra-t-il à rejoindre cette ville sans rencontrer de nouveaux obstacles sur sa route? On ne le sait pas encore. L'on sait en revanche que le Service des garde-frontières ukrainien a déjà constaté un cas de violation massive de la frontière à Cheguini et qu'il envisage de saisir la justice.

    Rappelons que Mikhaïl Saakachvili a récemment été déchu de sa nationalité ukrainienne et plus tôt encore avait été privé de son passeport géorgien. Il avait exprimé à plusieurs reprises son intention de retourner en Ukraine, soulignant que Kiev n'avait aucune raison de lui interdire son territoire. Il l'a mis à exécution ce dimanche 10 septembre.

    En route pour Krakovets

    «C'est bon! On part pour Krakovets, en Ukraine», a écrit samedi Mikhaïl Saakachvili sur son compte Facebook.

    Dimanche, un convoi d'une centaine de véhicules de partisans de l'homme politique a quitté la ville de Lvov en direction de Krakovets, et ce dans le but de l'y accueillir.

    La situation à la frontière était calme, puis des troubles ont éclaté. D'abord, une militante du mouvement Femen, torse nu, a fait son apparition sur la chaussée, près du point de passage, avec un portrait de Mikhaïl Saakachvili dans les mains qu'elle a brisé et s'est mise à fouler aux pieds. Ensuite, une centaine d'individus en uniforme ont été interpellés par la police. Les représentants des forces de l'ordre ont découvert sur eux des bombes lacrymogènes, des objets en métal et un pistolet de starter.

    Quant aux partisans de Mikhaïl Saakachvili, ils l'ont attendu en vain: les autorités ukrainiennes s'étaient bien préparées et avait promis de retirer à l'ancien gouverneur ses papiers et de le renvoyer sur le territoire polonais. C'est alors qu'il a décidé de rejoindre le sol ukrainien en train! Mais ce dernier a été bloqué.

    Bloqué dans un train
    © AFP 2019 Janek Skarzynski
    Bloqué dans un train

    «À bord de notre train se trouve un individu qui n'a pas le droit d'entrer en Ukraine. Le train ne démarrera pas tant qu'il n'en descendra pas» — tel a été le message diffusé par les haut-parleurs.

    Plan «B», similaire au plan «A»

    D'abord, l'homme politique a déclaré qu'il envisageait de s'adresser à la police polonaise, soulignant que la situation qui s'était nouée était contraire à la législation européenne. D'après le député ukrainien Mustafa Nayyem, Varsovie serait même intervenu pour demander de laisser le train poursuivre sa route et de régler toutes les questions sur le sol ukrainien.

    Quoi qu'il en soit, le train est resté bloqué où il s'était arrêté et Mikhaïl Saakachvili n'a pas eu d'autre choix que d'opter pour le plan «B» ou plutôt pour son plan initial de rejoindre l'Ukraine en voiture.

    «Nous revenons au projet initial. Je propose à tout le monde de me suivre jusqu'au point de passage de Krakovets», a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse improvisée. «Je tenterai de pénétrer d'une façon légale sur le sol ukrainien. Pour cela, il me faudra établir un contact avec les garde-frontières, ce qui est impossible ici, à la gare».

    Vers 17h30 (heure de Paris), le bus transportant l'homme politique a atteint le point de passage frontalier de Medyka. «La partie polonaise nous a laissés passer tranquillement, même si on l'avait prévenue qu'il pourrait y avoir des problèmes du côté ukrainien», a alors déclaré à la chaîne Newsone M.Saakachvili.

    Son véhicule a rencontré sur son chemin un cordon de représentants des forces de l'ordre ukrainiens.

    Des partisans de Mikhaïl Saakachvili
    © Sputnik . Alexeï Vovk
    Des partisans de Mikhaïl Saakachvili

    «Devant nous les forces spéciales en équipement de l'époque soviétique, munis de boucliers. L'ordre avait déjà été donné, le point de passage était totalement fermé. Ils ne veulent pas nous laisser nous approcher», a-t-il alors constaté.

    Il a dû alors descendre de sa voiture et poursuivre son trajet à pied pour entrer en compagnie de ses partisans sur le territoire ukrainien.

    Lire aussi:

    Ex-Présidente du Parlement géorgien: Saakachvili a déclenché le conflit en Ossétie du Sud
    Saakachvili entre en Pologne avec son passeport ukrainien, pourtant annulé par Kiev
    Mikhaïl Saakachvili menace de destituer le Président Porochenko
    Tags:
    frontière, gardes-frontières, train, Mikhaïl Saakachvili, Lvov, Géorgie, Pologne, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik