Ecoutez Radio Sputnik
    Irma en Floride

    «Troisième guerre mondiale»: une sinistrée de l’ouragan Irma témoigne

    © REUTERS/ Carlos Barria TPX IMAGES OF THE DAY
    International
    URL courte
    445788615

    Dans une interview accordée à Sputnik, l’habitante de Riga (Lettonie) Karina partage ses impressions sur l'ouragan monstre Irma qui s’est abattu sur l’État de Floride, où elle passait ses vacances. À l’en croire, des visions apocalyptiques dignes de la troisième guerre mondiale ont pu y être observées.

    Des centaines de milliers de personnes se sont jetées sur les routes pour fuir vers le nord de la Floride et tenter d'échapper au puissant ouragan Irma, qui a déjà semé la destruction et fait des dizaines de morts dans les Caraïbes. Sputnik a réussi à contacter l'une des sinistrés, la jeune habitante de Riga (Lettonie) Karina, qui passait ses vacances aux États-Unis, pour en savoir davantage sur cette catastrophe hors du commun.

    «Nous étions à Miami, au bord de l'océan. Nous avons appris à l'avance au journal télévisé que l'ouragan s'approchait, mais au début, personne n'y accordait trop d'importance. Or, deux jours plus tard, on nous a informés qu'une tempête arrivait et qu'il fallait nous procurer de la nourriture, de l'eau et des bougies. (…) Mais tous les magasins étaient comme en temps de guerre: il n'y avait pas d'eau et presque plus de nourriture. Les gens raflaient tout comme des fous», a-t-elle raconté.

    «Un jour plus tard, a-t-elle poursuivi, on nous a appelé à quitter la ville de toute urgence. La plupart des établissements municipaux étaient déjà fermés, les vols étaient annulés et le réseau ferroviaire était presque à l'arrêt. Nous avons fait nos valises, loué une voiture au dernier moment et nous sommes dirigés vers New York».

    Au demeurant, rien ne s'est déroulé comme prévu: les autoroutes étaient paralysées par des embouteillages géants et ils se sont retrouvés coincés durant des heures.

    «Pour tous ceux qui ne sont pas parvenus à quitter la ville, on a organisé une évacuation forcée et ouvert des bunkers souterrains. On aurait dit la troisième guerre mondiale. Tous nos proches et amis lettons étaient pris de panique, ils nous demandaient de quitter la ville le plus vite possible. Nous avons mis 48 heures pour rejoindre un lieu sûr. Maintenant, tout va bien, nous sommes en sécurité et suivons les actualités en attendant la fin de la catastrophe. C'est comme ça que nous avons passé nos vacances à Miami», a-t-elle confié à Sputnik.

    La Floride n'a pas connu d'ouragan aussi violent depuis Wilma, en 2005. Plus de trois millions et demi de foyers avaient alors été privés d'électricité, parfois pendant des semaines.

    Cette fois, les pannes pourraient toucher neuf millions de personnes. Les vents violents et les pluies ont déjà laissé sans électricité au moins 76.000 personnes, a indiqué le gouverneur de Floride, Rick Scott, cité par Associated Press. Le responsable a par ailleurs indiqué que plus de 70.000 personnes ont trouvé refuge dans des centres d'urgence.

    Lire aussi:

    Avant Irma, Trump ignorait qu’un ouragan d’une telle puissance existait
    Irma avance à vitesse grand V et fait trois premières victimes en Floride
    Témoin de l’ouragan Irma à Miami: les fenêtres vibrent, les ascenseurs ne fonctionnent pas
    Tags:
    ouragan Irma, catastrophe, témoignage, Floride
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik