International
URL courte
4154
S'abonner

Préoccupés par les progrès réalisés par la Corée du Nord dans sa volonté devenir une puissance nucléaire, ainsi que par les menaces émises par Washington à l’encontre de Pyongyang, Vladimir Poutine et Angela Merkel ont discuté de la crise coréenne, appelant à relancer les négociations entre toutes les parties impliquées.

Le Président russe Vladimir Poutine et la Chancelière allemande Angela Merkel ont discuté par téléphone de la situation sur la péninsule coréenne, a déclaré le service de presse du Kremlin.

«On a procédé à un échange de vues consacré à la situation actuelle sur la péninsule coréenne à la lumière des dernières actions provocatrices de la Corée du Nord. Vladimir Poutine et Angela Merkel ont fermement condamné le mépris que Pyongyang exprime envers les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu», est indiqué dans le communiqué.

Lors de la conversation, les dirigeants russes et allemande ont souligné que les mesures de ce genre étaient «contraires aux principes de la non-prolifération internationale, et constituaient une grave menace pour la paix et la sécurité dans la région».

En outre, Vladimir Poutine et Angela Merkel ont affirmé que «le règlement de cette crise aiguë n'était possible que par des moyens politiques et diplomatiques, en relançant les négociations entre toutes les parties impliquées».

Pyongyang a procédé le 3 septembre à son sixième essai nucléaire. Il a déclaré qu'il s'agissait d'une bombe à hydrogène ou bombe H miniaturisée, apte à être placée sur un missile balistique intercontinental (ICBM). En juillet, il a aussi effectué deux tirs d'ICBM. Ces activités nucléaires et balistiques contreviennent aux résolutions de l'Onu, qui a déjà infligé sept trains de sanctions à Pyongyang.

Le Conseil de sécurité de l'Onu est appelé par Washington à se prononcer lundi sur de nouvelles sanctions sévères contre la Corée du Nord, accusée de menacer la paix avec ses programmes d'armement nucléaire et conventionnel.

Le président russe Vladimir Poutine a jugé début septembre «inutile et inefficace» le recours à de nouvelles sanctions contre Pyongyang, estimant que «s'engager dans une hystérie militaire» autour de la Corée du Nord «peut mener à une catastrophe planétaire».

Lire aussi:

Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
Un maire annonce un reconfinement de cinq semaines avant de faire marche arrière - vidéo
«Le jour de son agression, Yuriy avait un tournevis dans sa poche», selon BFM TV
Tags:
bombe à hydrogène, tests nucléaires, non-prolifération des armes nucléaires, Conseil de sécurité de l'Onu, Angela Merkel, Vladimir Poutine, Pyongyang, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook