Ecoutez Radio Sputnik
    Deir ez-Zor

    Le blocus de Deir ez-Zor est rompu. Et après?

    © Sputnik. Service de presse de la présidence syrienne
    International
    URL courte
    Libération de la ville de Deir ez-Zor (septembre 2017) (56)
    545971510

    Après la levée du blocus de Deir ez-Zor et la fusion des défenseurs de la ville avec l’essentiel de l’armée syrienne, des experts ont fait part à Sputnik de leur vision de l’évolution ultérieure de la situation en Syrie.

    L'armée syrienne devra nettoyer complètement des terroristes la ville de Deir ez-Zor avant de lever le blocus de son aéroport, a déclaré à Sputnik le général syrien Saleem Harba.

    «Il faut aussi déloger les terroristes des villes d'Al-Mayadeen et d'Abu Kamal pour déboucher sur la frontière avec l'Irak. En outre, l'armée syrienne devra coordonner son action avec celle des Forces irakiennes. C'est seulement ainsi qu'on pourra en finir avec les terroristes une fois pour toutes», a souligné l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter qu'on ne devait pas non plus oublier les combattants du Front al-Norsa qui s'étaient repliés vers Idlib.

    «Je ne doute pas un seul instant qu'ils connaîtront finalement le même sort que les djihadistes de Daech dans d'autres régions du pays», a dit le général.

    Daech tient encore plusieurs positions à Deir ez-Zor, notamment dans le sud-est de la ville, et c'est justement dans cette direction que progresseront sans doute l'armée syrienne et les unités aérospatiales russes, a estimé un autre interlocuteur de Sputnik, le journaliste russe Andreï Ontikov.

    «Il se peut que les États-Unis aient renoncé à miser sur Daech et mettent désormais en œuvre un autre plan. J'entends ici la création d'un État kurde indépendant», a supposé M. Ontikov.

    Et de rappeler qu'un référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien était prévu dans un futur proche, et que des élections locales se dérouleraient sous peu dans les régions contrôlées par les Kurdes dans le nord de la Syrie.

    «Je ne doute pas que cela se fait avec le soutien des États-Unis, suite aux succès remportés par la Syrie et la Russie dans la guerre contre les terroristes. Les États-Unis essaient d'anéantir l'État syrien, et sur ce plan, la création d'un État kurde indépendant devient plus dangereux pour le Proche-Orient que la menace vacillante de Daech», a estimé l'expert.

    Selon ce dernier, le problème demande une solution politique, et la Russie insistera sur un engagement plus actif des Kurdes dans le processus de règlement politique en Syrie lors des forums d'Astana et de Genève.

    Le mardi 5 septembre, les forces syriennes ont brisé le siège de Deir ez-Zor. Les troupes pro-gouvernementales sont entrées dans sa partie nord où des éléments de l'armée, ainsi que des dizaines de milliers de civils ont été victimes 3 ans durant d'un blocus.

    Dossier:
    Libération de la ville de Deir ez-Zor (septembre 2017) (56)

    Lire aussi:

    «Si nous avions eu peur, nous serions morts»: les histoires des enfants de Deir ez-Zor
    40 spécialistes russes en Syrie pour déminer Deir ez-Zor
    Les habitants de Deir ez-Zor fêtent la 3e grande victoire de l’armée en une semaine
    Tags:
    terrorisme, situation, levée, blocus, Sputnik, Etat islamique, Andreï Ontikov, Saleem Harba, Genève, Astana, Idlib, États-Unis, Russie, Kurdistan irakien, Irak, Deir ez-Zor, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik